article comment count is: 1

Maghali fan club, le restaurant le plus connu de Goma

Situé en plein centre-ville de Goma, non loin du rond-point de la justice, Maghali fan club n’est plus un restaurant à présenter aux Gomatraciens. Il a la réputation d’être à la portée de toutes les bourses. À cela s’ajoute la belle histoire de la femme qui le tient d’une main de fer : Léontine Vyalirendi. Voici l’histoire de ce restaurant qui ouvre ses portes à toutes les catégories de personnes dans la ville de Goma.

C’est une femme originale, Léontine Vyalirendi, que nous rencontrons pour parler de son restaurant. Si elle a une grande notoriété aujourd’hui, son parcours dans ce secteur a débuté il y a 15 ans. Quinze années pendant lesquelles elle s’est battue, sans jamais cesser d’y croire. Elle se souvient : « J’ai eu à déménager chaque fois que le propriétaire de la parcelle que j’occupais voulait l’exploiter autrement. Il n’y a rien de pire pour un restaurant que des déménagements incessants. Cela a été néfaste pour moi aussi et j’ai frôlé plusieurs fois la faillite ! »

C’est la détermination qui a permis à Léontine de reprendre son affaire en repartant de zéro ou presque dans un nouvel endroit. « Ce n’est pas facile de reprendre à zéro après avoir investi son argent pour s’installer dans une parcelle. Et qu’après on vous demande de défaire tout ce que vous avez érigé du jour au lendemain », explique-t-elle en souriant. Un genre de sourire que l’on a quand on se souvient d’où l’on vient.

Les déménagements brusques n’étaient pas le seul obstacle. Une fois, elle a dû fermer boutique pour un temps à cause non seulement de certains clients insolvables, mais aussi d’une hausse subite du prix des denrées alimentaires. C’était lors de sa sixième année d’activité.

Des clients bienfaiteurs et un crédit bancaire pour tout relancer

Si vous allez manger au Maghali fan club, c’est dans un beau bâtiment que vous serez reçu ! Près de 10 ans après ses débuts, Léontine a fini par acheter sa propre parcelle et construire son restaurant en plein centre-ville ! Ce sont des clients qui lui ont prêté de l’argent, en plus d’un crédit contracté dans une banque. Cela lui a permis de faire ce grand pas. Elle s’en souvient comme si c’était hier : « Avec l’appui de certains de mes clients, j’ai réussi à construire un bâtiment en dur. J’ai pris un crédit dans une banque de la place et par la grâce de Dieu j’ai soldé ma dette. Les clients qui m’ont donné des prêts sont des commerçants. Ils me donnaient quelques fois des matériaux de constructions selon les besoins. » L’installation définitive du restaurant Maghali fan club a permis à Léontine de fidéliser ses clients.

Mais la commerçante ne veut pas s’arrêter là. Léontine Vyalirendi veut rendre son restaurant international. Dans les jours à venir, elle espère ouvrir des succursales dans plusieurs villes du pays. Elle rêve également de conquérir le monde dans ce domaine : « Ma vision est de faire parler du restaurant Maghali au niveau international. A part le restaurant, nous voulons créer un hôtel, avec des salles de fête et de conférence. »

Pleine d’ambition, elle a toujours un message pour les autres femmes : « Avec beaucoup de détermination et de courage, la femme congolaise change, se prend en charge et participe aux charges de la famille, aux côtés de son époux. »

 


Vous pouvez lire aussi : Thérèse Kirongozi, la mère du robot-roulage en RDC

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Une très belle et inspirante histoire comme on en raffole dans notre société. Nous sommes en manque de tant de beaux témoignages qui pourtant existent.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.