Après une marche à Kinshasa près de l'immeuble Sozacom. Crédit photo : Justin Makangara
article comment count is: 0

Marche du 19 décembre sous surveillance

A la mi-journée, l’appel à manifester du 19 décembre a été faiblement suivi en République démocratique du Congo. Globalement, la situation est restée calme avant midi à Kinshasa, à Goma ou encore à Lubumbashi. Cette marche était organisée pour demander au président Joseph Kabila de quitter le pouvoir après la fin de son second mandat. Bien plus, après la non tenue de la présidentielle en 2017 comme défini par l’accord sur la transition qui totalisera, fin décembre, un an de retard.

A Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, la pluie a pratiquement bloqué chez elles les personnes qui voulaient sortir ce matin. Le centre commercial s’est activé à partir de 9 heures, mais la ville est restée globalement paralysée, avec moins de circulation que d’habitude.

Fait majeur à noter à Lubumbashi, toutefois : des inconnus ont tenté d’incendier le parquet près le tribunal de paix Katuba-Kenya, au moyen d’essence, dans la chaude commune de Kenya. Des habitants rejoints par la police sont intervenus et ont réussi à maîtriser le feu. Les « pyromanes » ont, par ailleurs, essayé de brûler deux véhicules privés. Mais les feux ont été vite maîtrisés.

Le calme à Mbujimayi

A Mbuji-Mayi, dans le Kasaï-Oriental, le blogueur Sido Ntumba rapporte « une situation calme ». Mais il signale qu’à Sims, dans le fief de l’UDPS et où est implanté son siège, le grand marché communal est resté désert. Pareil pour l’université officielle de Mbujimayi. « Peut-être, c’est le début des vacances de Noël. La circulation des personnes et des taxi-motos est normale, les véhicules qui font souvent le transport en commun sont invisibles. »

Dans la capitale Kinshasa, le journaliste Don Momat rapporte aussi une situation calme. Mais avec, explique-t-il, quelques manifestations signalées avec des pneus brûlés sur la route, au rond-point Ngaba, un des points chauds de la ville. Mais à Kinshasa, « la circulation reste timide à Kingabwa, à Limeté, à Gombe ou encore à Kitambo », explique-t-il.

Forte présence sécuritaire à Goma

A Goma, dans le Nord-Kivu où a lieu la 6e conférence des gouverneurs qu’a ouverte la veille le président Kabila, la journée a commencé plutôt dans le calme. La ville est sous forte surveillance policière, pareil d’ailleurs dans les autres villes où parfois, comme dans le cas de Lubumbashi, l’armée a été mobilisée et effectue des patrouilles notamment dans la commune de Kenya. A Bukavu, au Sud-Kivu, par ailleurs, la police a dispersé les manifestants.

 


Lisez d’autres articles sur le 19 Décembre

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.