article comment count is: 0

Meeting du rassemblement, entre partie de foot et congratulations

La police de Kinshasa rappelait tard dans la soirée, vendredi 4 novembre, que l’opposition radicale n’avait pas le droit de se réunir sur la place Triomphal,  et ces derniers juraient que le meeting allait bel et bien avoir lieu. 

Finalement, aucun rassemblement n’a eu lieu samedi. Jean-Marc Kabund-a-Kabund secrétaire générale de l’UDPS a affirmé : « le meeting n’a pas ni été annulé,  ni reporté, il a été empêché ! ». Presque impuissant, en début de soirée, il a ajouté : « S’il [Kabila] croit que le 19 décembre se passera comme aujourd’hui, il est à côté de la plaque. Prochainement nous allons organiser des manifestations de rue. Le pouvoir en place doit se préparer à sécuriser ces manifestations. »

Retour sur ce meeting en trois points

Une dissuasion précoce 

Tôt le matin des tweets dénonçaient déjà la présence de gros véhicules de la police sillonnant les alentours de la résidence d’Étienne Tshisekedi. Les membres de l’UDPS parlaient alors de provocations. Un peu avant midi, l’image du premier partisan du rassemblement blessé par une balle en caoutchouc a alimenté toutes les discussions Whatsapp. 

L’une des plus longues séances de football jamais vécue 

Un match de foot s’est joué à l’endroit prévu pour le meeting de l’opposition. Un match très particulier car il a duré des heures et a été sécurisé par une très forte présence policière. Tard dans l’après-midi, les joueurs continuaient leur partie mais la presse n’avait pas le droit de filmer les « jeunes » qui jouaient. Des « jeunes » selon la police mais des militaires et policiers selon des témoins. Un match dont  la police a parlé dans un communiqué : « En venant au service nous avons aperçu des jeunes gens en train de jouer au football sur l’espace compris entre l’avenue de l’enseignement et le stade des martyrs étant entendu que le samedi est une journée consacrée au sport. Des sources concordantes on a appris que toutes ces rencontres sportives  programmées, se dérouleront jusque tard dans la soirée », signale le Colonel Mwanamputu, porte-parole de la Police Nationale Congolaise. 

Différence de point de vue

La police a parlé de l’arrestation de Bopoko Lifula Héritier, alias Mokato l’artificier,  président des forces du progrès et des défenses de la jeunesse de l’UDPS, personnage « dangereux » recherché par la police pour avoir commandité le pillage d’armes et de munitions de guerre dans les nombreux sous-commissariats de police lors des événements sanglants des 19 et 20 septembre dernier. Il est l’auteur présumé de plusieurs délits ou crimes, saccages, pillages et incendie de biens et immeubles de particuliers. La police a aussi mentionné un certain Papy Ngbanda a qui l’on a saisi un revolver de type star lancer garni de huit munitions de guerre. La police a fait l’éloge de son opération de maintien de l’ordre public. Pas de blessé, pas de mort.

Du côté du rassemblement qui a raté son coup,  Kabund-a-Kabund secrétaire général de l’UDPS a reçu quelques journalistes à son domicile : « Nous ne parlons pas d’échec. Pour nous, c’est un succès. Le peuple congolais sait aujourd’hui pourquoi il y a eu ce dispositif sécuritaire. Pour nous le message est passé. Kabila a peur du peuple congolais, du Rassemblement et de Tshisekedi. »

 

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.