article comment count is: 1

Moise Katumbi peut-il rentrer en homme libre à Kinshasa ?

Le Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme demande à l’État congolais de prendre des « mesures nécessaires » pour permettre à l’opposant Moïse Katumbi de participer au scrutin présidentiel prévu avant la fin de l’année. Seulement, à Kinshasa, Katumbi est sous le coup d’une condamnation et risque la prison.

En exil depuis un an suite à une condamnation à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière, lopposant Moïse Katumbi semble décidé à rentrer « le plus vite possible » au pays, rapporte lhebdomadaire Jeune Afrique sur son site internet. Cette déclaration fait suite à une lettre du Haut-commissariat aux droits de lHomme des Nations-Unies (HCDH), qui demande au gouvernement dautoriser lopposant à participer à la présidentielle.

« Moïse Katumbi rêve dun grand retour semblable à celui dEtienne Tshisekedi, accueilli par la foule de Kinshasa en juillet 2016 », commente ainsi le site du Monde Afrique. Lancien gouverneur du Katanga présente la lettre du HCDH comme un passe-droit pour enfin battre campagne sur le sol congolais. « Il est demandé à l’État partie [la RDC] () de prendre toutes les mesures nécessaires en vue dassurer que lauteur puisse rentrer en RDC et participer librement et en toute sécurité, en tant que candidat, à l’élection présidentielle prévue pour la fin de 2017 », peut-on lire dans la lettre du HCDH. « À cette fin, l’État partie est également tenu de prendre toutes les mesures pour garantir à lauteur son droit à la liberté et à la sécurité en le protégeant contre toute forme darrestation ou de détention arbitraire », continue le Haut commissariat de lONU. 

Attendu de pied ferme

Kinshasa laisserait-il rentrer lopposant sans larrêter alors qu’il est poursuivi et inculpé pour atteinte à la sûreté nationale ? Peu sûr ! Selon l’édition Afrique du journal Le Monde, Kalev Mutond, le tout-puissant patron de lAgence nationale de renseignement, continue de compiler des dossiers à charge contre Moise Katumbi. Rappelons que la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) avait demandé au gouvernement de laisser Katumbi rentrer en homme libre en RDC. Le président Kabila avait rétorqué que les évêques ne pouvaient se substituer à la justice. En clair : si Katumbi rentre au Congo, il sera arrêté. Lopposant se sait donc attendu de pied ferme à Kinshasa.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Nous Sommes Vraiment Fatiguez Par Le Gouvernement Congolais. Seul Dieu Saura Le President Qui Mérite Diriger Ce Pays. Si C’est Kabila…! Si C’est C’est Katumbi…! Si C’est…! Que La Volonté Du Createur Soit Faite Au Nom De Jesus Notre Sauveur… Amen

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.