article comment count is: 2

Mort de Lutumba Simaro : les hommages des médias

L’artiste musicien congolais Lutumba Simaro, surnommé le poète, s’est éteint à Paris le 30 mars 2019. Les hommages fusent de partout pour ce virtuose de la guitare. Les médias parlent de Simaro, mais aussi des enquêtes demandées par Félix Tshisekedi sur la présumée corruption lors des sénatoriales de mars en RDC. Désormais, c’est au président que les Congolais demandent ce qui s’est passé alors que le Sénat est autorisé à s’installer sans les grandes annonces attendues.

« L’artiste Simaro Lutumba est mort à Paris », annonçait samedi Radio Okapi. Le média parle d’un « guitariste et auteur compositeur prolifique […] considéré comme l’un des meilleurs compositeurs de la chanson congolaise ». Lutumba a pourtant fêté ses 81 ans le 19 mars dernier, rappelle Radio Okapi.

Lutumba, « le verre du Congo »

« Le verre de la musique congolaise s’est cassé », soupire pour sa part Politico. Poétique, le média constate un soleil qui « n’ose pas se lever » ce samedi, un « samedi de choc ».

Actualite.cd titre sur Joseph Kabila qui salue « un artiste exceptionnellement talentueux ». Un an plus tôt, l’ancien président de la RDC recevait de l’artiste une guitare en guise de trophée. Ce média retient par ailleurs de Lutumba, « l’art d’écrire une chanson et de choisir son interprète » avec « beaucoup d’images, de profondeur et de vie ».

Matata Ponyo adresse de « sincères condoléances à la famille de l’artiste Lutumba ». Il se souvient l’avoir reçu lorsqu’il était Premier ministre, peut-on lire sur Radio Okapi.

La volte-face de Tshisekedi sur les sénatoriales

Autre actualité évoquée par les médias, le président Tshisekedi qui avait suspendu l’installation du Sénat, accusé de corruption à grande échelle, a décidé de lever la mesure alors qu’il n’annonce aucun résultat des enquêtes initiées. « C’est une fuite en avant pour faire plaisir aux sénateurs réputés corrupteurs », estime l’ONG des droits de l’Homme Asadho. Pour Jean-Claude Katende, écrit Actualité.cd, le procureur de la République devrait rendre compte à la population.

« L’Acaj demande au procureur général près la Cour de cassation de publier, au nom de la transparence, les grandes lignes du rapport préliminaire qu’il a remis au président Félix Tshisekedi sur les actes de corruption commis en lien avec l’élection des sénateurs », écrit pour sa part Cas-info.

Quant au défenseur des droits de l’Homme, Georges Kapiamba, rapporte Actualité.cd dans une autre information, il appelle le procureur « à publier le résumé de son pré-rapport sur les allégations de corruption ».

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.