article comment count is: 1

Nord-Kivu: les habitants croient pouvoir réussir là où l’armée échoue

La sinistrement célèbre province du Nord-Kivu n’a pas fini de compter ses morts. Apres le tout récent carnage de Beni (plus de 50 civils tués) et une série de meurtres, la population du territoire de Beni n’en peut plus du manque de résultats de l’armée et de la communauté internationale, timidement représentée par la Monusco, dans la traque de la fameuse rébellion ADF. Les principales victimes de ces actes inhumains, les habitants, veulent aller eux-mêmes au champ de bataille.

Dans une déclaration du dimanche 16, le rapporteur général de la société civile de la province du Nord-Kivu a souligné l’inquiétude de la dite société quant aux initiatives d’auto-défense prises par les habitants des territoires de Beni et Lubero. Leur objectif : combattre les présumés rebelles ougandais ADF. Des initiatives qui pourraient, non pas améliorer l’état sécuritaire actuel de la province, mais plutôt la transformer en un chaos encore plus dangereux.

En effet, le weekend dernier dans la ville de Butembo, des jeunes organisés en groupe d’auto-défense équipés seulement d’armes blanches, voulant se rendre à Beni pour combattre des présumés ADF, ont été interceptés et maîtrisés par les FARDC et la police. Un affrontement qui s’est couronné par cinq morts. Un deuil de plus, indirectement lié au cas ADF.

On a du mal à comprendre comment une si grande armée épaulée par une brigade de l’ONU, tarde autant à mettre fin à une si petite rébellion. Mais une rébellion qui ne semble pas si petite au final, étant donné la difficulté à laquelle tout un Etat fait face. En tout cas, pour les habitants de Beni et de la sous-région, il est devenu insoutenable d’assister aux massacres à répétions de leurs familles sans réagir : quand la stabilité sécuritaire devient une urgence, et que l’armée nationale censée garantir la sécurité de ses habitants ne semble plus être en mesure d’y arriver, la population n’a finalement pas d’autre recourt. On peut comprendre dans pareilles circonstances que les plus braves veuillent jouer les héros et défendre les leurs avec toutes les conséquences qui s’en suivent.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Nous n’avons presque pas de force dans ce pas. Au lieu que l’on parte compatre les fau-adf en brousse,on se permet de lancer une Roquette en ville en pleine mâtiné et cela juste après l’entrée de classe. par imprudence,le bombardement du complexe scolaires Mwamba va connaître 4 morts dont 2 enseignants, 2 élèves fille et plusieurs Degas matériels. Faut-il dire que ces victimes font partis de la millice ou nos soi-disant militaire n’ont aucune morale en tête. Nous avons plus confiance en eux,d’ailleurs nombreux parmi eux sont des infiltrés egorgeur d’origine Rwadophone.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.