article comment count is: 4

Être psychologue, une profession qui peine à se faire reconnaître en RDC

Sous d’autres cieux, être psychologue est un métier honorable. Peut-être pas partout en Afrique. En RDC, beaucoup pensent encore que c’est une affaire des blancs. Les psychologues sont pourtant formés dans nos universités. Mais on croirait qu’il n’y a aucun débouché à leur formation.

Je ne voudrais pas décourager certains candidats aux études de psychologie. Seulement, il y a de quoi se demander ce que seraient devenus les psychologues congolais s’ils ne pouvaient même pas enseigner. Pourtant ailleurs, on s’arrache ces hommes réparateurs des vies des autres.

Parmi notre peuple, ceux qui connaissent des psychologues ne les reconnaissent pas toujours. On ne sait pas clairement à quoi sert cette « pratique des blancs », je veux dire cette culture « de ailleurs » (non pas « d’ici » !). Car ici c’est à peine si le métier de psychologue est compris.

Entre méfiance et incompréhension

C’est cela que vit depuis 2006, Félicien Mujola, un psychologue agréé près le tribunal de grande instance à Lubumbashi. Socialement engagé aux côtés des victimes d’abus et de harcèlements sexuels, Félicien travaille avec le tribunal pour enfants et dans les zones post-conflits.

Dans les pays comme la RDC, le travail des psychologues est très complexe. La population est méfiante car elle croit que consulter un psy « n’est pas notre culture ». Entretemps, les urgences s’entassent. Mais les professionnels reconnaissent qu’il y a plusieurs réalités qui expliquent la méfiance de la population.

« C’est à peine si on sait qui est réellement psychologue en RDC, regrette le psychologue Félicien Mujola. Il y a des personnes sans formation ni certification mais qui se proclament psychologues. Et les vrais psychologues sont pris dans cette confusion ».

En plus, déplore-t-il, « quand les offres arrivent, les véritables psychologues n’y accèdent pas. Notre champ est très réduit et cela multiplie le poids des obstacles ».

Ce spécialiste constate que le travail du psychologue congolais n’est ni bien connu ni bien compris. Il déplore que le psychologue n’agisse pas assez pour mieux se vendre. La conséquence c’est qu’on recourt très peu à lui.

Espérer et croire au changement

Mais il semble finalement que tout espoir n’est pas encore perdu. Les psychologues, malgré leurs difficultés en RDC, seraient de plus en plus sollicités. C’est surtout en milieux de guerre, en conflit ou post-conflit. Ce sont les ONG et agences onusiennes qui les utilisent le plus souvent. Mais malgré tout, établir une relation de confiance reste un défi.

« Difficile qu’une femme violée, par exemple, accepte de s’ouvrir à un inconnu, psychologue soit-il. Il y a là un problème, explique Félicien. Certaines victimes ne parviennent jamais à s’ouvrir, comme si le psy était un autre bourreau ».

La solution serait peut-être de mettre en place un ordre des psychologues. « Ce qui ouvrirait moins la profession aux charlatans », espère le psychologue Mujola.  Mais l’existence d’un ordre des médecins n’empêche toujours pas l’existence des faux. « Nous nous organisons déjà pour nous constituer en un ordre. Ce sera une force pour surmonter nos difficultés, se convainc Félicien Mujola. Dans les facultés de psychologie, étudiants et professeurs travaillent déjà sur notre code à soumettre au Parlement ». L’avantage sera d’avoir un corps de référence, mais pour autant, les défis ne seront pas terminés.

« Au moins les psychologues ne seront plus importés au pays, parce que les nationaux seront bien connus et identifiés. Et l’Etat pourra alors mieux les protéger et les utiliser », espère Félicien.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. Avec larmes aux yeux et joie, je salue cet article.
    J’ai une immense joie pour habarirdc.net

  2. Commentaires Je suis infirmier ,je travail à l’HGR Kyondo à territoire de Beni, après 5ans de servce, je suis allé aux études pour la psychologie. Aujourd’hui je suis responsable du département santé mentale pour les soins spécialisés en Médecine interne. Je constante que le champ d’action d’un psychologue est très vaste et diversifier.