article comment count is: 0

Les publicités de diamants désormais réglementées à Mbujimayi

Il y a quelques temps, un habariste de Mbujimayi avait dénoncé les excès de publicités de diamants diffusées sur les médias de Mbujimayi. Son cri semble avoir été entendu par les autorités.

Depuis quelques jours, le gouverneur de la province Alphonse Ngoyi Kasanji a pris un arrêté réglementant toutes ces publicités sur les médias. Désormais la pub ne peut passer qu’entre 21 h 30 et 6 h du matin. La mesure fait grincer les dents parmi les chaînes de radios et de télévisions locales. Surtout que la quasi-totalité d’entre elles tirent l’essentiel de leurs revenus de la publicité.

Publicités mensongères et conflictogènes

Dans cet arrêté du gouverneur, il est également reproché aux médias de diffuser des pubs de diamants comportant des affirmations mensongères, des attaques personnelles, mais aussi l’atteinte à la vie privée et les violations des lois et de la réglementation en la matière.

Les autorités estiment que les masses de billets de banque montrées abusivement dans ces publicités poussent les jeunes à se détourner de l’école. Plus grave, les diamantaires nationaux et expatriés libanais et indiens se font la guerre dans ces publicités  jusqu’à la haine raciale.

Le CSAC appelé à prendre ses responsabilités

Désormais, avant d’être diffusé sur les médias, tout message publicitaire doit être soumis au CSAC  (Conseil supérieur de l’audio visuel et de la communication). Ensuite, l’annonceur doit payer les taxes des régies financières telles que la DGRAD et la DGRKOR (Direction générale des recettes du Kasaï-Oriental).

Du côté des médias, on estime que les taxes imposées sont trop lourdes et asphyxiantes pour leur fonctionnement. Certains risquent de fermer par manques de moyens. À  l’État d’assouplir un peu la taxation pour protéger les rares emplois des Congolais qui travaillent dans ces médias locaux .

Partagez-nous votre opinion