article comment count is: 0

Qui sera le champion de l’opposition ?

Avec cette multiplicité des candidatures à la présidentielle, même le plus impopulaire des candidats de la majorité a ses chances face à une opposition qui vote en ordre dispersé. En politique, ce n’est pas comme à l’école. Lors de la proclamation des résultats, la place compte plus que la note pour la plupart des candidats. Celui qui termine deuxième, même avec 7% des suffrages, estime qu’il a remporté une grande victoire et qu’il a la responsabilité de mener l’opposition. Mais là n’est pas tellement le problème.

L’importance d’un candidat unique

Certains pensent que ce n’est pas encore le moment d’évoquer les candidatures de l’opposition et qu’il conviendrait d’abord de s’assurer de la tenue des élections. Mais n’avons-nous pas déjà demandé à maintes reprises la tenue d’un calendrier électoral? Alors que le pouvoir reste sourd, la déclaration de ces candidatures pourrait être la meilleure forme de pression pour mettre le pouvoir au pied du mur. Il faut donc un candidat unique, le champion de l’opposition ! Mais qui ?

Moïse Katumbi vient d’annoncer officiellement sa candidature tandis que l’ancien président de l’Assemblée Nationale Vital Kamerhe ne cache pas ses ambitions tout comme Martin Fayulu. Sans compter Etienne Tshisekedi qui malgré le poids de l’âge, aimerait se faire remplacer par l’un de ses fils. Pourtant, tous appellent à l’unité et à une candidature commune de l’opposition. Mais personne ne veut céder sa place.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.