article comment count is: 0

[Webocratie] La RDC à l’heure de la campagne électorale précoce

La campagne électorale telle que prévue par la Céni doit débuter le 22 novembre 2018. Donc, nous avons encore un mois avant d’y arriver. Malheureusement, sur les réseaux sociaux, certains se sont déjà lancés dans la campagne. Si on reproche aux Congolais d’être souvent en retard aux rendez-vous des élections, beaucoup sont plus qu’à temps aujourd’hui pour la campagne. Voici une liste non exhaustive de ces candidats ou militants qui sont déjà dans la course électorale, sans que la Céni ne réagisse.

Le 3 septembre, je reçois sur Messenger un message d’une femme qui ne m’a pas écrit depuis un bon bout de temps. Je me précipite pour le lire. Et là, j’aperçois une grosse affiche avec sa photo en premier plan, toute souriante. Derrière elle, l’image du drapeau du pays et un halo de lumière blanche environnant sa tête… Juste en bas de l’affiche, un message électoraliste. Le nom de cette femme était écrit en grand caractère. « Est-ce le début de la campagne ou quoi ? », me suis-je demandé. Je me suis contenté de la féliciter et de l’encourager dans son engagement… Peut-être que j’aurais dû lui demander ce qu’elle voulait que je fasse de cette affiche ?

Des messages de ce genre deviennent de plus en plus nombreux sur les réseaux sociaux. Via WhatsApp, Messenger ou Twitter, de nombreuses publications appellent la population à voter pour x ou y. C’est de cette manière que se passe cette campagne électorale précoce décriée récemment par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication.

C’est notamment le cas du côté du PPRD, le parti présidentiel. « Emmanuel Ramazani Shadary, le patriote, l’intègre, le visionnaire… #Présidentielle2018 », peut-on lire sur le compte Twitter du parti. Sur la photo, Shadary est assis sur une chaise, la main sur la lèvre inférieure, donnant l’impression d’être plongé dans une réflexion profonde.

Acte que condamne Tshiswaka Masoka Hubert, avocat au Barreau de Lubumbashi, défenseur des droits humains et directeur général de l’Institut de recherche en droits humains (IRDH). « Ce parti est condamnable pour violation de la loi électorale… », dit-il. Et il n’est pas le seul à faire ce reproche.

@MarcoLukeyi ne trouvant pas la nécessité de répondre par écrit, il tweete une caricature sur la machine à voter où il y a l’image du dauphin. A chacun sa compréhension !

L’opposition ne demeure pas en reste, malgré le fait qu’elle prétend incarner les valeurs démocratiques et le respect de la Constitution. L’envie de montrer qu’on est meilleur que les autres prime sur la patience et le respect du calendrier électoral. Félix Antoine Tshisekedi tweete une photo de lui-même encadré par le drapeau flottant du pays de haut en bas. On le voit tout souriant, les yeux fixés sur l’objectif. Au milieu, un message écrit en gras : « 100 jours avant de voter [pour] Felix Tshisekedi président à l’élection présidentielle de 2018. »

 Les internautes au lieu de se lever pour condamner cette campagne précoce, envoient plutôt des messages de soutien, certains ironiques. Il y en a même qui promettent de « lubemiser » (mot dont on ne comprend pas le sens jusqu’à présent) quiconque donnerait un avis contraire au message de cette affiche.

Et pourtant, Félix Antoine Tshisekedi est en pourparlers avec d’autres opposants en vue de désigner un candidat unique de l’opposition. N’est-ce pas là une façon de mettre la charrue avant les bœufs ?

Les autres opposants ne font pas exception. L’infatigable Martin Fayulu par exemple n’a pas hésité à tweeter ce message : « Le temps est venu de mettre fin à la médiocrité #FayuluPrésident #Fayulu2018. » Avec une photo énonçant : « Fayulu 2018 ».  

Cette campagne précoce ne fait pas les affaires de tout le monde. Pour avoir déclaré ne pas vouloir voter pour un candidat, en l’occurrence Noël Tshiani, Tata N’Longi Bia Titudes, un facebookeur très suivi, dit s’être fait traiter (capture d’écran à l’appui) de « médiocre » par Noël Tshiani. On peut lire sur une des captures d’écrans, le candidat lui répondre : « Je ne peux être que sur la short liste des meilleurs. Généralement, je refuse d’être sur la short liste des médiocres. »

Geplaatst door Tata N'longi Bia Titudes op Donderdag 20 september 2018

Le respect de la Constitution passe aussi par le respect du calendrier électoral. S’il y a un temps prévu pour le dépôt des candidatures, il y en a aussi un pour débuter la campagne électorale. Comme l’a dit Yves Birhonga sur Facebook, mieux qu’en 2011 et 2006, « cette campagne de 2018 s’annonce très mouvementée ». De grâce, attendez le coup de sifflet !

Mise en place terminée… La campagne électorale sera à la fois hollywoodienne et très musclée, où la mathématique…

Geplaatst door Yves Birhonga op Donderdag 9 augustus 2018

 


Vous pouvez lire aussi : Les mensonges électoraux ont recommencé en RDC

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.