article comment count is: 0

Rencontres et Profils :  Rebecca Kavugho, une militante pour la liberté

« Je suis prête à mourir pour que règnent la liberté, la démocratie et l’alternance en RDC »

Agée de 23 ans Rebecca Kavugho est l’une des têtes pensantes du célèbre mouvement citoyen « la lucha » en RDC. Un mouvement qualifié de subversif et de rebelle par les autorités politiques de Kinshasa. Ce qui a d’ailleurs valu à mademoiselle Rebecca des séjours en prison. Malgré ces mesures d’intimidation et de répression, la jeune activiste ne pense pas baisser les bras. Elle se dit déterminée à verser son sang pour le respect des droits de l’homme et de la démocratie dans son pays. Dans cette émission, Rebecca Kavugho nous parle du sens profond de son engagement.

Cette édition de R&P est présentée par Razzack Saizonou.

En voici quelques extraits :

Razzack Saizonou : Rebecca, comment est arrivé cet engagement ?

Rebecca Kavugho : c’est depuis 2013 que j’ai commencé cette lutte. A l’école on nous faisait payer des choses comme des syllabus ou ce que nous appelons ici des droits d’auteurs, c’est-à-dire des profs qui nous obligeaient à acheter leurs cours au risque d’être recalé aux examens. Et moi je me révoltais toujours face à cette injustice. Donc ce n’est pas parce que j’ai adhéré à la lucha que je lutte. J’ai commencé mon combat depuis les bancs de l’école et de l’Université.

Razzack Saizonou : Ce combat que tu mènes t’a déjà valu des séjours en prison. Comment as-tu vécu ces moments au cachot ?

Rebecca Kavugho : Au début c’était un peu dur, mais les visites d’autres militants, des amis, des membres de ma famille qui venaient chaque fois me soutenir, me remontaient le moral et me donnaient le courage et la détermination pour ne pas baisser les bras.

Razzack Saizonou : Qu’est-ce que ce passage en prison a changé en toi ?

Rebecca Kavugho : ça m’a appris à écouter les autres et à les aider. Désormais je suis prête à aider ceux  qui sont en difficulté.

Razzack Saizonou : Qu’est-ce qui te donne le courage de toujours continuer malgré les tentatives d’intimidation et de répression ?

Rebecca Kavugho : Ce qui me donne la force et le courage de continuer c’est que la situation de misère, d’injustice, de corruption, de manque de liberté persiste encore dans le pays. S’il y a la paix, la sécurité, le minimum pour chaque Congolais, ma lutte n’aurait plus sa raison d’être. Mais tant que le pays ira mal, je poursuivrai ma lutte.

Toutes les semaines, #RProfils donne la parole aux jeunes et aborde des sujets qui font bouger l’Afrique. N’hésitez pas à télécharger les éditions afin de les réécouter ou de les diffuser sur vos ondes.

Discutez des émissions avec nous sur Facebook et Twitter !

Et si vous voulez accéder aux anciennes émissions, c’est par ici.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.