article comment count is: 4

RTNC, pourquoi tu ne diffuses plus les activités de l’opposition ?

Après l’arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir le 24 janvier 2019, un vent de liberté d’expression a semblé souffler sur la Radio-télévision nationale congolaise. J’étais moi-même très heureuse de voir cette chaine couvrir et diffuser les images des meetings de l’opposition. Ce n’était jamais arrivé au cours du régime passé. J’ai alors crié : vive l’Etat de droit ! Pourtant, c’était un trompe-l’œil, car la RTNC est vite retourné à son statut d’un média esclave des dirigeants.

D’habitude sur la RTNC, on ne parle des opposants au régime que quand il faut les dénigrer. Mais à la surprise générale, on a vu les meetings de l’opposant Martin Fayulu passer sur la RTNC en février 2019 alors qu’il réclamait à cor et à cri la « vérité des urnes ». Puis un blackout total jusqu’à aujourd’hui. Silence radio comme on dit dans le jargon. Pourtant, tout le monde avait cru que la RTNC a changé le fusil d’épaule et que la presse devenait un réel quatrième pouvoir. Mais non ! Pas la RTNC. Ce média public a rapidement refermé cette parenthèse démocratique pour reprendre ses vieilles habitudes de chanter le régime.

Soit tu te libères soit tu restes esclave !                                         

La liberté de presse ou d’expression s’arrache, mais la RTNC ne veut rien arracher. Et même quand on lui offre cette liberté sur un plateau, elle a peur d’en jouir. Le président Félix Tshisekedi n’a-til pas dit en substance que sous son mandat, les médias seraient un réel quatrième pouvoir ? Pour moi, c’est une passe en or faite aux médias. Mais apparemment la RTNC n’en a que faire.

Je n’ai jamais vu les journalistes de la RTNC descendre dans la rue pour réclamer la liberté de presse. Tous se contentent de leur rôle de caisse de résonnance ou de porte-paroles des dirigeants. Pas étonnant qu’ils nous proposent un travail qui est tout sauf professionnel. Le journal radio ou télé est devenu un espace de publicité pour le président, les ministres, les gouverneurs, bref les autorités. Si bien que « l’église au milieu du village » n’est en réalité que l’église des seuls gouvernants.

Je termine ce billet en disant : RTNC, tu as bien commencé l’année dernière, nous donnant le goût de te suivre, mais qui t’a arrêté ? Qui a stoppé ton élan d’émancipation ? Qui t’empêche de bien faire ton travail ? Dis-le-nous et nous allons le dénoncer.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)