article comment count is: 0

Soigner gratuitement le paludisme peut sauver beaucoup de vies

Je ne comprends pas ce paradoxe : le paludisme tue plus que le VIH et la tuberculose en RDC. Curieusement, le traitement du VIH et de la tuberculose est gratuit, tandis que celui du paludisme est payant. À mon avis, si l’on veut réduire le taux de mortalité due au paludisme, il faut rendre gratuit le traitement de cette maladie.

Lors de la cérémonie marquant la célébration de la journée mondiale de lutte contre le paludisme le 24/04/2019, le ministre de la Santé Oly Ilunga a affirmé que « la malaria reste la première cause de consultation, d’hospitalisation et de décès en RDC. Les femmes enceinte et les enfants de zéro à cinq ans sont les plus touchés ». D’accord et c’est très bien dit monsieur le ministre ! Mais pourquoi dans notre pays le traitement du paludisme coûte si cher, alors que celui du VIH et de la tuberculose est gratuit ?

La malaria fait plus de victimes parmi les populations les plus pauvres et qui n’ont pas accès facile aux soins de qualité, surtout en milieux ruraux. Cette pauvreté explique le recours à l’automédication ou à la médecine traditionnelle, avec tous les risques que cela comporte. Pourquoi alors ne pas rendre gratuit le traitement du paludisme ?

La RDC dans le Top 5

Un rapport de l’Organisation mondiale de la santé indique que le paludisme a affecté plus de 219 millions de personnes dans le monde en 2017, tandis qu’en RDC plus de 15 millions de personnes ont été atteintes dont 27 458 décès. C’est vraiment révoltant. Ces chiffres sont passés à 18 millions de cas et 18 000 décès en 2018. Ce qui classe le pays de Félix Tshisekedi dans le Top 5 des pays les plus touchés par le paludisme dans le monde. La RDC est donc deuxième après le Nigeria, et ce, malgré l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée et tout ce que le pays fait dans le cadre de la lutte contre cette maladie.

Quant à moi, en voyant tous ces ravages du paludisme sur mes compatriotes, je lance un cri d’alarme et demande que son traitement soit entièrement gratuit comme c’est le cas avec le VIH et la tuberculose. Ce qui permettra de combattre efficacement cette maladie, et peut-être de l’éradiquer.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.