article comment count is: 1

Les téléphones intelligents tuent les cybercafés

Les cybercafés sont presque vides à Mbujimayi. Difficile de faire des recettes, les téléphones intelligents ont ravi tous les clients.

Avec un smartphone, on n’a plus besoin d’aller au cyber. On peut soi-même à partir du téléphone écrire et recevoir des mails, traiter des textes et des images, télécharger et installer des applications… Bref, chacun a désormais le cybercafé dans son téléphone. Il suffit juste de charger du crédit et des forfaits Internet.

La connexion rapide et économique avec le téléphone intelligent

L’invention des smartphones est une évolution technologique qui a porté un coup presque mortel aux cybercafés. A Mbujimayi, la plupart de maisons d’informatique ont  fermé leurs portes faute de clients. Elles ne pouvaient plus faire face au coup du loyer et aux charges de fonctionnement.

En plus, quand on consulte à partir de son mobile, la connexion est rapide par rapport à celle des cybercafés, où par exemple les téléchargements des pages html prennent beaucoup de temps. Le téléphone permet également à l’internaute de gérer à souhait son crédit et sa connexion. Avec 100 unités (1$), on peut consulter et naviguer, surtout sur les réseaux sociaux, plus de trois heures, chose impossible dans des cybers qui n’offrent qu’une petite heure pour la somme équivalente dépensée.

Prix élevé d’abonnement des cybers aux FAI

Dans la ville de Mbujimayi, rares sont les fournisseurs d’accès à Internet (FAI). C’est la société Microcom qui tient  le monopole du marché Internet dans toute la province. Pas étonnant qu’elle impose des tarifs jugés exorbitants par ses clients. Beaucoup de cybercafés ont cessé de renouveler leur abonnement à Microcom, en raison de la situation économique intenable à Mbujimayi.

Les cybercafés sont asphyxiés par le manque de courant électrique, les taxes et impôts… Si bien qu’ils se sont transformés en simples bureautiques pour saisies et impression de documents.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Fausse analyse, quand on sait que l’ordinateur reste irremplaçable et cela a même était avoué par les fabriquants.
    Du reste, le coup est subit bien sûr, mais il n’est pas un coup mortel, sinon, le Labo photo n’existerai plus et les photographes non plus !! Quand on sait la dépravation qu’a emmené le téléphone intelligent, on compte beaucoup des réticents à ce jour !!!! Allez-y voir les phénomènes sexe tape et j’en passe. Cet article mérite d’être retiré.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.