article comment count is: 3

Territoire de Beni : hier massacres, aujourd’hui Ebola

Des fois l’injustice et la souffrance vont au-delà du supportable. Après quatre ans de massacres à Beni, voilà que l’épidémie d’Ebola vient s’ajouter. Deux des pires maux qui puissent frapper les humains s’abattent sur Beni.  Devant une telle situation, chacun se bat avec les armes en sa possession. Le poète Volonté Viteghe use de sa plume pour demander au bon Dieu quel crime Beni aurait commis pour mériter une telle tragédie. Son nouveau poème s’intitule : « Hier massacre, aujourd’hui Ebola. »

Après les guerres et les carnages
Maintenant c’est l’Ebola
Qui repeint en sang nos pages,
Et qui vient repeupler l’au-delà.

Pourquoi sommes-nous frappés de mille plaies ?
Avons-nous profané ton nom
Comme l’avait fait pharaon ?
Ô Dieu, ne te sommes-nous que de l’ivraie ?

Ceux qui ne meurent pas au feu
Sont happés par l’épidémie :
Qu’a fait Beni, seigneur grand Dieu
Pour finir dans une telle tragédie ?

Mbau terrifie, Kamango
Est devenu terrain du crime ;
Et Mangina voit le fléau
D’Ebola creuser son abîme.

Qu’avons-nous fait ? C’est la question
Que je te pose ô divin Père.
Pourquoi chez nous aucun rayon
Ne manifeste ta Lumière ?

Nous mourrons ! Mais puisqu’il le faut
Nous lutterons pour la survie,
Nous repeindrons nos murs
D’une peinture qui vivifie

Les murs du grand Congo béni,
La destinée de nos contrées ;
Le territoire de Beni
Verra ses terres restaurées.

Plus d’Ebola à Mangina
Pour faucher des vies innocentes ;
Plus de massacre ailleurs, et l’Etat
Bouchera ses fentes.

Voici l’hygiène au sommet !
La paix monte à la cime :
Et la santé saine remet
A notre humanité sa dîme.

 


Vous pouvez lire aussi : Ebola plus difficile à gérer à Beni que dans l’Equateur

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.