article comment count is: 3

Webcratie : ça discute entre les bras droits

Devenue très active sur twitter depuis que son mari, l’ex gouverneur de la province du Katanga, est passé du côté de l’opposition, Carine Katumbi, nous glisse un tweet qui lui attire bien des curieux, parmi lesquels, Jean Mari Kassamba. Qu’est-ce qui s’est réellement passé ?

18 heures 59, le 11 septembre, Madame Katumbi, fidèle à ses nouvelles habitudes du web, retweet un article de Trésor Kibangula sur Charles Mwando Nsimba qui a été empêché d’atterrir dans son fief à Kalemie.

web1

 

 

 

 

 

 

 

Contrairement aux habitudes, notre twittos se voit envahi par des commentaires, des tweets et retweets appuyant ou allant contre son affirmation, que certains qualifient de « traîtrise ». Dans la foulée de ces 77 retweets, 101 j’aime et une vingtaine de commentaires, on y trouve une réponse plutôt curieuse. Celle-ci ne s’intéresse même pas aux propos de madame Katumbi, mais plutôt à elle-même. Ce curieux désintéressé est Jean Marie Kasamba, le patron de Télé 50, la célèbre chaîne qui fait la promotion de la révolution de la modernité. Dans son curieux tweet, Jean Marie se questionne sur le parti politique de Carine Katumbi, disant :

web2

« Ah bon ! Faut-il être membre d’un parti politique pour donner son opinion sur un fait ? », S’interroge un internaute. « Elle est obligée d’être membre d’un parti ? La RDC n’est pas le Yémen », s’insurge un autre. « Elle est dans le parti du Peuple congolais, pour défendre ses aspirations », répond cette fois-ci, un autre amateur de Twitter. Pour tout clore, la concernée répond, fièrement et de manière bien précise, je l’imagine.

web3

 

 

 

 

 

La morale de cette discussion se retrouve dans la Constitution, dans ses articles 23 et 24 qui stipulent : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion… Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs ». Bon ! Après lecture de cet extrait de la constitution, vous avez compris qu’on n’est pas obligé d’être dans un parti politique pour donner son opinion. Enfin, vous savez qui a raison entre les deux. Maintenant, c’est à vous de juger.

Dans la webocratie de la semaine passée, je vous ai parlé de ces deux hashtags : #DorcasDiendaOut et #PasUneMissRaciste. Vous vous en souvenez ? Alors, pour faire suite à ceci, nous pouvons dire que la campagne anti Dorcas menée par les internautes a fini par payer. Finalement, la candidate miss RDC se retrouve à la 4e position, laissant la couronne à Andréa Moloto.

web4

 

 

 

 

 

Au moins, avec elle nous savons que nous avons une miss qui ne se sentira pas moins intelligente que les blancs et ne considèrera jamais les blancs comme plus intelligents que les noirs, mais plutôt comme des simples humains égaux les uns aux autres. Une autre belle leçon de la vie !

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Ah bon?? Ça j’adore!! j’aime les déclarations de Mme Carine Katumbi. Je suis dans une grande joie lorsque je rencontre des citoyens congolais qui savent pleinement jouir de leurs droits fondamentaux tels que la liberté de penser,d’expression etc…..

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.