article comment count is: 1

[Les chroniques de Benjamin]  En 1972, le Cardinal Malula gênait Mobutu

Saviez-vous que la date du 30 juin comme indépendance du Congo avait été décidée le 27 janvier 1960 ? Le mois de janvier a été très important tout au long de l’histoire congolaise. On compte notamment l’arrestation de Laurent Nkunda au Rwanda en 2009. Mais aussi en 1972, le 25 janvier, la chaine de radio-télé zaïroise nationale lançait une campagne contre le cardinal Malula qui gênait Mobutu. Peut-être l’histoire se répète-t-elle. Voici les grands évènements qui se sont déroulés du 22 au 28 janvier dans l’histoire de notre RDC.

Le 22 janvier 2009, Laurent Nkunda est « arrêté » au Rwanda 

Ce jour-là, soit trois jours après l’entrée de plusieurs milliers de soldats rwandais dans l’est de la RDC pour participer à une opération conjointe avec les forces armées congolaises contre les rebelles hutus rwandais (opération « Umoja Wetu »), le chef du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) est « arrêté » en territoire rwandais vers 22h30. La version officielle fournie par l’armée rwandaise était que Laurent Nkunda avait fui la veille son fief de Bunagana, après avoir opposé une brève résistance. Il s’était par la suite rendu en territoire rwandais où il avait été « arrêté » puis placé en résidence surveillée à Gisenyi.

Le 23 janvier 2008, signature de l’Acte d’engagement de Goma

L’Acte d’engagement de Goma a été signé à l’issue des travaux de la Conférence sur la paix, la sécurité et le développement au Nord et Sud-Kivu, ouverte le 6 janvier 2008 en présence des délégués de la communauté internationale, notamment les Nations-Unies, l’Union européenne, l’Union africaine et les Etats-Unis. L’événement était tellement important que le chef de l’Etat, Joseph Kabila, avait fait le déplacement pour suivre de plus près les travaux et surtout les négociations qui s’étaient révélées somme toute laborieuses.

Le 24 janvier 1997, arrivée du mercenaire belge Christian Tavernier à Kisangani

Christian Tavernier a fait partie des mercenaires européens qui ont fait le plus parler d’eux au Congo. Déjà dans les années 1961, il avait combattu les « Mulele » aux côtés de Bob Denard et de Jean Schramme. Il appartenait aux services secrets belges (SARM). En janvier 1997, déçu par les échecs à répétition des Forces armées zaïroises face aux « kadogo », enfants soldats, de Laurent-Désiré Kabila, Mobutu décide d’avoir recours aux mercenaires en vue de sécuriser la ville de Kisangani. Tavernier et ses mercenaires atterrissent dans la ville avec un arsenal imposant pour la contre-offensive : des caisses de munitions russes, un Puma et deux hélicoptères Gazelle français, deux avions à réaction, des Sia-Marchetti italiens et trois hélicoptères d’attaque MI-24. Mais deux mois après (le 15 mars 1997), Kisangani tombe » aux mains des rebelles de l’AFDL, ouvrant ainsi à Laurent-Désiré Kabila la voie du fleuve Zaïre, en direction de Kinshasa.

25 janvier 1972, début de la campagne de médisance contre le cardinal Malula par la radio-télé zaïroise

Il est midi ce jour-là lorsque le journal parlé de La Voix du Zaïre (radio officielle du Zaïre) s’ouvre par une « carte blanche », une sorte d’éditorial. Elle est lue par le célèbre journaliste Alphonse Mavungu et s’intitule « le voile d’un archevêque ». Cet éditorial accuse le cardinal Malula d’avoir été « la vipère qui a dirigé son venin contre la révolution que mène le président-fondateur Mobutu ». Il est de ce fait qualifié d’« illuminé de la protestation négativiste, produit du chantage et de la subversion néocolonialiste, archevêque caméléon, récidiviste et indécrottable ». En avril de la même année, le bureau politique du MPR charge le ministre de la Justice de déposer une plainte contre le cardinal Malula. Craignant pour la sécurité du prélat, le Vatican décide de rappeler le cardinal Malula à Rome, pour une durée indéterminée. Mais quelques mois plus tard, Mobutu revient sur sa décision. Il décide de pardonner au cardinal Malula. Celui-ci aurait écrit une lettre confidentielle au maréchal ce qui aurait motivé son autorisation à revenir au Congo.

Le 27 janvier 1960, la Table Ronde fixe la date de l’indépendance du Congo au 30 juin 1960

En 1959, la Belgique fait face à la contestation de ses protectorat (Rwanda et Urundi) ainsi que de sa colonie (Congo). Ils revendique de plus en plus l’auto-détermination. C’est alors qu’elle se décide, dans le but de prendre la température des forces politiques et sociales congolaises, de convoquer à Bruxelles, la Table Ronde du 20 janvier au 20 février 1960. Le 27 janvier, des débats houleux sont conduits sur la date de l’indépendance. En fin de journée, la date du 30 juin 1960 est finalement adoptée à I’unanimité. 

Le 28 janvier 1993, assassinat de Philippe Bernard, ambassadeur de France

La confusion est totale à Kinshasa ce jour-là. Des groupes de militaires parcourent à vive allure les avenues du centre-ville dans des véhicules militaires et civils, tirant des coups de feu et rançonnant tout ce qui se trouve sur leur passage. La cause de ces pillages venait notamment de la mise en circulation de billets de 5 millions de zaïres (émis à la suite d’une crise politique et économique aiguë). L’opposition conduite par Etienne Tshisekedi appelle au boycott de ces billets : les opérateurs économiques et la population refusent de les utiliser ; mais Mobutu décide de les utiliser pour payer les militaires et soldats. C’est au cours de ces évènements que l’ambassadeur Philippe Bernard est assassiné.

 


Vous pouvez lire aussi :

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.