article comment count is: 5

Cinq nouvelles habitudes des femmes congolaises

On observe en République démocratique du Congo une tendance pour les femmes à vouloir redéfinir leur personnalité en sortant des sentiers battus. Nous revenons sur certaines des nouvelles habitudes des Congolaises à travers les différents billets publiés par les blogueurs de Habari RDC.

Le rejet du soutien-gorge

Le soutien-gorge est de plus en plus délaissé par les femmes en République démocratique du Congo. Les Kinoises préfèrent désormais laisser leurs seins libres sous leurs chemisiers, blouses et t-shirts. Les raisons de ce nouveau mode d’habillement dans ce billet.

Se faire draguer pendant les enterrements

Autre phénomène à Kinshasa, les filles profitent des occasions de deuil pour venir séduire les hommes. Pour cela, elles s’habillent très sexy en vue d’attirer les regards vers elles. On observe ce phénomène beaucoup plus le jour de l’enterrement. Le deuil est donc devenu un endroit idéal pour des rencontres amoureuses. Cliquez sur ce lien pour mieux comprendre ce phénomène nouveau appelé « Kunda ebembe » ou « Lela ebembe ».

Outrages sexistes

Les femmes de RDC s’insurgent de plus en plus contre le comportement harceleur des hommes à leur égard. Découvrez ici le coup de gueule de Théra Mulanga, jeune blogueuse fatiguée par les outrages sexistes et les cris du genre, « Pssst, vraie nzele, beubeu », que lancent les hommes dans la rue au passage des femmes à Kinshasa.

Avortement clandestin

Le harcèlement dont font l’objet les femmes peut parfois conduire au viol. Un acte ignoble dont la conséquence peut-être la grossesse non désirée. Bon nombre de femmes recourent ainsi à l’avortement clandestin avec tous les risques que cela comporte. Ainsi, pour réduire les cas d’avortement clandestin, Richard Ndambo, un autre blogueur, est d’avis qu’il faut adapter la loi à l’évolution de la société pour permettre aux femmes de faire recours à l’avortement. Sa prise de position est inspirée d’une histoire émouvante à découvrir ici.

Fan des réseaux sociaux

En attendant la révision des textes légaux et l’évolution des mentalités sur ce sujet, les réseaux sociaux sont les outils qui portent au loin la voix des femmes. Celles-ci sont donc invitées à s’en servir pour reconquérir leur véritable place dans la société.

  1. Faut-il abandonner les soutiens-gorge ?
  2. Matanga feti, ces lieux de deuil devenus lieux de rencontre amoureuses
  3. Ces dragues de mauvais goût qui indignent les femmes
  4. Elle ne sera jamais mère à cause d’un avortement clandestin
  5. Les réseaux sociaux libèrent la parole des Ivoiriennes et des Congolaises

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. ce sont des comportements avec lesquels nous déplorons et nous devons combattre en tant que Congolais. car une femme élève une nation !

  2. Ce genre de comportement d unes de notre est à décourager car ce pas maintenant que la température augmente, donc nos filles doivent remédier de ça

  3. La fin du monde est procher jesus christ revient bientôt pour l’arret d ttes sortes des immoralites africaine en plus pour les phenomenes ujana nous laissons la charger aux autorites congolaise d prendre en charger.Fati fatmata rodrig

  4. Le monde et ses évolutions: d’une tendance à une autre et les nouvelles histioires qui alimentent le quotidien nous gardant à la quête du buzzz et des tendances. Pas toujours obligé d’y adhérer quand on a une forte personnalité.

  5. Moi je trouve ces comportements de normal, pour le soutien gorge, c’est peut-être ils sont gênant et peut provoquer certains problèmes comme le cancer, etc.
    En ce qui concerne le deuil, il s’agit ici d’un endroit où les individus se rencontrent et pour celà, un endroit qui permet aux femmes de se faire voir par les hommes et par conséquent se faire draguer car une femme normal a besoin d’un homme,
    L’avortement clandestin est mauvais mais si une femme décide d’avorter et que la loi le lui interdit, celle – ci doit recourir à l’avortement clandestin, le problème reste la loi que la femme elle-même, notre loi devait s’adapter à l’évolution de notre société, de notre mentalité. Il ne faut pas que la loi soit un problème, je sais que mon propos sera rejeté par la plupart mais il ne faut pas à tout pris être conservateur.

  6. je pense que a ce sujet nous devons laisser ‘e terrain a la première damme de la république en faire un défit pour sa fondation qui est centré plus sur les dammes pour leurs faire comprendre que la vie c eux même qui sont capable de la rendre belle ou mauvaise suite a notre comportement

  7. Il n y a rien de nouveau sur le fait que le femme ne puis Vouloir mettre un soutien car elle n’en mettait pas jusqu’a ce que vien la modernite, mataga feti na rien d’etonant avais vous remarques la promiscuite qui regne en maître a kinshasa je pourai dire que c’est leurs pechai minion, les femmes doivent areté de faire du coupé coller sans avoir creuser en profondeur sur le suje car si il arrivai que les hommes detourne leur attention d’elle Dieu sera le premier a en être informé questions hô et fm nous savons tous que cela n changera james, pour c’est qui est de la lois sur l’avortement vous devais savoir que cela nous menera à un tres grand desordre que la femme elle même se levera pour faire abolire cette loi, il est vrais qu’elles ont la liberte de s’esprime sur le reseaux sociaux mais pour dire quoi?

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.