article comment count is: 0

Consommer local pour sauver le Congo

De la farine de maïs au sachet de sel, en passant par d’autres produits, le Congolais consomme au quotidien plus de produits importés que de produits venant de chez lui ! Et depuis la fermeture des frontières imposée par la crise sanitaire, les produits locaux coûtent plus cher…

Au Congo, il est choquant de constater que sans importations le pays ne pourrait pas survivre.   Mais aussi qu’une véritable crise est entrain de naître, sous nos yeux, depuis la fermeture des frontières qui restreint la circulation de marchandises en provenance de l’étranger. Ce qui est à la fois étonnant et honteux c’est le fait que nous importons des produits que nous produisons déjà. Et ceci pour une raison principale : la production locale reste inaccessible à un grand nombre de citoyens parce qu’elle est insuffisante.

Que représente le secteur agricole ?

Le secteur agricole est un des secteurs les plus prometteurs en RDC. Pourtant, les familles d’agriculteurs peinent à produire en quantité suffisante les produits vivriers et n’arrivent même pas à se nourrir en riz et en haricot. Et quand certains produisent en quantité considérable et suffisante pour la vente, la marchandise n’arrive jamais à destination. C’est parce que la plupart des routes sont impraticables. Conséquences : les produits arrivent à destination en mauvais état et à un prix élevé. Voila pourquoi certains vendeurs préfèrent acheter leurs produits aux pays voisins à un prix abordable.

A Goma, par exemple, la plupart des vendeurs du grand marché de Birere achètent malheureusement leurs marchandises alimentaires au Rwanda.

Et si on décidait enfin de consommer local ?

Nous avons tous une part de responsabilité car nous ne consommons pas nos produits.  Consommateurs, producteurs et autorités : nous y sommes tous pour quelque chose ! Certes, les autorités sont les premières responsables : elles devraient faciliter l’essor de cette production locale et garantir son accessibilité. Il est de leur devoir d’améliorer les conditions de productivité pour augmenter le rendement mais aussi de fournir à la population de meilleures routes.

Les producteurs doivent, quant à eux, vendre leurs produits à bon prix pour qu’en bénéficie toute la population. Les consommateurs peuvent aussi agir. Comment ? En préférant acheter un produit congolais en lieu et place d’un produit venu de l’étranger. Ne l’oublions pas : la bonne qualité est aussi chez nous. Nous avons juste à la produire, la soutenir et à l’améliorer avec amour et patience.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion