article comment count is: 0

« Consommons congolais » simple slogan ou vrai mode de vie ?

Les Congolais préfèrent acheter un produit qui vient de l’étranger (même s’il coûte plus cher), plutôt qu’un même produit fabriqué localement par ses compatriotes. Et ce, quand bien-même il serait de bonne qualité. Il y a donc un manque de confiance dans les produits congolais.

Le concept « consommons congolais » reste un slogan sans effet, et ce sont les petits entrepreneurs locaux qui en pâtissent. Ce qui décourage beaucoup de gens à se lancer dans l’entrepreneuriat. Cependant, ceux qui entreprennent, comment font-ils pour subsister malgré la concurrence déloyale et le manque de confiance ?

Sivi Malukisa, mariée et mère de deux enfants, fait partie de ces Congolais qui osent entreprendre dans ce climat d’affaires difficile pour les entrepreneurs locaux. Je l’ai découverte sur Twitter. C’est une femme souriante. Son industrie alimentaire a suscité en moi un grand intérêt. J’ai voulu en savoir plus sur elle et son entreprise Manitech car, il faut le dire, il n’y a pas beaucoup d’industries agro-alimentaires en RDC qui appartiennent aux nationaux, encore moins aux femmes. Sivi le dit elle-même : « Manitech est le résultat de l’ambition, du rêve, de la reconnaissance et de la passion. »

Comment faire de « consommer congolais » un vrai mode de vie?

Pour cette femme entrepreneure, la qualité du service doit être meilleure avant de pouvoir condamner l’attitude des clients. « Les marques congolaises doivent intégrer la qualité dans leurs stratégies de marketing. On est un peu fatigué de voir des emballages moches et des produits qui ont des couleurs douteuses », explique-t-elle. En tout cas, s’il faut pousser les Congolais à consommer congolais, il est nécessaire de penser à la qualité des produits qui sont mis sur le marché.

Moi-même il m’est arrivé d’acheter des biscuits produits localement qui étaient censés être sucrés, mais curieusement dans le paquet il y avait certains biscuits très salés. Mauvais dosage ou confusion, je n’en sais rien. Toutefois, cette expérience m’a amenée à me méfier de certains produits locaux.

Encore enfant, Sivi vendait des biscuits, des cupcakes, et du pain en famille. Adolescente, elle a possédé une petite fabrique de yaourt. Ensuite, elle a fini par créer Manitech, une industrie agro-alimentaire de production de confitures. Elle fabrique de délicieuses confitures à base d’ananas, mangoustans, mangues, fraises et aussi de la pâte d’arachides. Tout ça à partir des fruits et des matières premières essentiellement locales.

Toujours optimiste et confiante, Sivi ne se plaint pas, même si elle déplore un climat peu favorable. Elle témoigne : « Oui, ça va. D’un côté les consommateurs ont l’esprit biaisé car ils pensent que ce qui vient d’ailleurs est meilleur. Les gens préfèrent acheter la mauvaise qualité étrangère au lieu de ce qui est local. Ils le font non par méchanceté, mais par ignorance et sous influence. »

Etre passionné avant tout

Son envie de créer une industrie ne date pas d’hier. « Quand j’étais encore une jeune fille, j’étais révoltée contre le fait qu’on ne trouvait pas de sociétés industrielles à capitaux congolais. On me disait que seuls les étrangers européens, asiatiques et autres pouvaient avoir des industries et nous les noirs devrions travailler pour eux. J’étais convaincue que c’était faux et j’ai prouvé que j’avais raison », m’a-t-elle confié.

Sivi Malukisa avait un rêve et une vision depuis son enfance. Elle ne l’a pas lâché et elle a travaillé pour concrétiser son rêve de créer une industrie. Elle y a aussi ajouté de la qualité pour se distinguer sur le marché. Car plus les produits congolais seront de bonne qualité, plus on consommera congolais. Son expérience pourrait bien servir d’exemple pour faire de « consommer congolais » un vrai style de vie, car aujourd’hui, c’est encore un slogan vide de sens.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.