article comment count is: 0

Covid-19 : les prix des lave-mains et des masques explosent à Mbujimayi

Dans un pays capitaliste comme la RDC où l’autorité de l’Etat est encore une denrée rare, nos commerçants ne loupent jamais l’occasion de se faire plus d’argent, même contre le bon sens. Avec l’arrivée de la pandémie du coronavirus, on assiste à la flambée des prix de tous les produits et matériels exigés par les gestes barrières. Il faut en profiter et gagner de l’argent, dit cyniquement un commerçant !

Jusqu’à ce jour, Mbujimayi n’a pas encore enregistré de cas de coronavirus. Dieu merci ! Mais la population essaie de se prémunir du nécessaire par précaution pour se protéger. Et le nécessaire ce sont les cache-nez, les lave-mains, le gel hydro alcoolique, les gants, etc. Immédiatement, ces différents matériels sont devenus un business juteux. Leurs prix ont doublé, voire triplé sur le marché à Mbujimayi.

Les lave-mains

Ils sont pourtant produits localement. Une tige métallique et verticale d’environ un mètre 10, munie de 3 petits espaces : un pour porter un seau d’eau avec robinet, un pour placer un bassinet dans lequel on peut se laver les mains et un autre pour  le savon. Avant le Covid-19, un lave-mains coûtait 14 000 francs congolais (environ 8 dollars américains). Aujourd’hui, il faut verser le double, entre 25 et 30 000 francs. Une somme inaccessible à des gagnepetits. Les vendeurs eux s’en foutent, tu n’as pas d’argent ce n’est pas leur problème. Ne leur dis surtout pas que c’est très cher, certains ont l’injure facile.

Les masques de protection

Avant le coronavirus, un masque chirurgical coûtait environ 1 500 francs congolais (environ 0.7 dollars USD). Aujourd’hui, dans certaines pharmacies c’est plus du double. Il se négocie jusqu’à 3 500 francs (environ 2 dollars américains). Les gans latex sont eux passés de 250 à 800 francs congolais, soit plus du triple.

Gel désinfectant

Le gel appelé localement « 22 » valait 1200 francs congolais sur le marché. Allez demander le prix aujourd’hui c’est entre 4 000 et 4 500. Ceci démontre la mauvaise foi de nos commerçants, car absolument rien ne justifie une telle hausse du prix de ce produit. L’Etat reste silencieux et les vendeurs font ce qu’ils veulent, sans être inquiétés.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion