article comment count is: 2

Elections 2018 : quelques mesures de protection du blogueur congolais

Les périodes pré et post-électorales sont des moments particulièrement sensibles, surtout pour les blogueurs. À cheval entre journaliste et citoyen, le blogueur se doit d’observer certaines règles de bonne conduite.

Nous en avons discuté à Goma lors d’un café blog et je vous partage ici ce qui nous a été recommandé par Alain Alame, journaliste et membre de la commission de discipline de l’Union nationale de la presse du Congo, UNPC au Nord-Kivu.  

Connaissance, éthique et responsabilité

Selon notre invité, trois mesures de protection sont à observer en cette période électorale : la protection par la connaissance, l’éthique et la responsabilité. A cela s’ajoute « la protection par la promotion des valeurs et discours positifs, intégrateurs et progressistes », a fait savoir Alain Alame. Et pour moi cela fait sens ! En tant que blogueur qui va être lu, il est important que j’aborde les élections en ayant une parfaite connaissance du sujet et en respectant l’éthique journalistique. Cela traduit donc une connaissance de sa responsabilité. Je dois toujours chercher à obtenir des informations avec « exactitude des faits, dans le respect des règles de confidentialité, d’impartialité et de protection de la source », comme l’a expliqué Alain Alame

Le blogueur, ou journaliste, a une capacité de nuisance. Il peut ruiner des réputations, mettre la vie des personnes en danger ou créer une panique au sein de la population. L’honnêteté doit donc caractériser la profession. Car en retour, cette capacité de nuisance pourrait nuire au journaliste ou au blogueur lui-même. Le blogueur doit donc à chaque instant penser à sa sécurité et au bien de la société. « Car la sécurité du blogueur vaut autant que celle de sa nation et de l’humanité entière », a déclaré notre invité.

Diffamation et imputations dommageables, ce que dit la loi

Si un blogueur n’observe pas scrupuleusement ces mesures de protection, vu toute l’infox qui pullule sur Internet, il pourrait facilement tomber dans la diffamation. Cette dernière est punissable selon les articles 74  et 75 du code pénal congolais,  livre II.

Rappel donc aux blogueurs : la loi est derrière chacune de vos actions. Plus encore en cette période électorale.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)