article comment count is: 5

EMC5 promeut la danse à Lubumbashi

Lubumbashi a vibré encore une fois au rythme de la danse. Une initiative de l’Espace et mémoire pour un corps (EMC5), projet de ART-gument Project, porté par le chorégraphe Dorine Mokha. EMC5 en était ainsi à sa troisième édition et a proposé un programme régional de créations, d’échanges, de débats, mais aussi de dialogues entre danseurs, institutions culturelles et public.

« Il s’agit pour nous de présenter à la ville un nouveau visage. Celui d’une femme qui a fait ses preuves, une artiste internationale avec bientôt vingt ans d’expérience. C’est pour connecter sept danseurs de Lubumbashi et deux venus de Goma, en vue de créer des réseaux d’échanges locaux, nationaux et internationaux », explique le chorégraphe Dorine Mokha.

C’est en 2014 que Dorine initie le projet et décide de revenir s’installer à Lubumbashi, après un long séjour à l’étranger. Il est tout de suite accueilli par les institutions culturelles locales, qui lui accordent un espace pour s’exprimer. L’expérience de 2014 ayant été un succès, explique Mokha, il a alors enchaîné des ateliers de formation et d’échanges d’expériences. Il initie depuis, des collaborations avec les autres artistes plasticiens locaux.

Dialogue et ouverture

Sa collaboration avec l’artiste de Lubumbashi Ghislain Ditshekedi Mabiala, par exemple, fait jaillir de nouvelles connexions. L’artiste Ditshekedi brille par une installation impressionnante, faite de fils tissés en toile d’araignée géante, surplombant le public, devant une scène jonchée de morceaux de pierres de dimensions variables, accrochées à des bouts de cordes, lors de la présentation de la pièce.

Ce programme est important dans ce sens qu’il invite les artistes à explorer de nouvelles manières d’aborder la scène, et les invite en même temps à prendre conscience de l’importance de l’« espace », de la « mémoire », et du « corps », en vue de pouvoir s’en servir pour l’inspiration, la recherche et la création.

 


Vous pouvez relire sur Habari RDC : Sarah Kadima : être danseuse professionnelle et mère, c’est possible !

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. Je suis vraiment pour cette initiative je suis un danseur depuis ma naissence je rêvé d’etre un danseur profesionnel avec mon talent que je alors vue que a likasi le danseurs son n’egligé la plus part d’entre nous commence a abandonné la danse malgré moi je continue a y croire avec mon groupe alors comme l’opportunité ce presente est ce que ce possible que nous donnee aussi l’opportinuté de s’enrichire encore plus avec la danse ici a likasi comme vous faite a lubumbashi ? Mon numero est la au cas ou vous pensé a nous. 0972167161 je répond au nom de ali

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.