article comment count is: 7

Félix Tshisekedi, cet opposant que les lobbies ne voulaient pas voir remporter les élections

Les réactions de certains pays et médias internationaux autour des élections en RDC ont surpris plus d’un Congolais. Après la proclamation de Félix Tshisekedi comme gagnant, ces pays et médias ont exprimé une telle déception qu’on se demande si Félix ne serait pas le « mauvais » opposant à avoir remporté les élections. Peut-être attendaient-ils quelqu’un d’autre ? Lisez ce billet pour comprendre ce que je veux dire.

J’ai eu une meilleure compréhension du terme « lobbying » après les élections du 30 décembre dans mon pays. Des médias, des groupes d’études, des politiciens nationaux et internationaux ont pris des positions guidées par ceux qui les finançaient. On sentait une réelle volonté d’imposer un candidat : Martin Fayulu ou rien.  Malheureusement, ce brusque intérêt international et la grande insistance sur Martin Fayulu ont fini par rendre le peuple congolais sceptique. On se demande quel intérêt pousserait tous ces médias à crier au truquage des élections en défaveur de Fayulu ? Résultat : personne pour aller dans la rue réclamer « la vérité des urnes » au nom de Fayulu.

Légal ou non, fiable ou pas fiable, cela dépend de si ça sert Fayulu

Avant les élections, on a décrié l’utilisation des données de la machine à voter pour proclamer les résultats provisoires. Le camp de Martin Fayulu s’était même félicité d’avoir imposé à la Céni que la machine à voter ne soit utilisée que comme imprimante. « Les données de la machine à voter ne sont pas fiables. Elles pourraient être manipulées pour forcer l’élection du dauphin de Kabila », disaient les partisans du « soldat du peuple ».

Mais bizarrement, à quelques jours de la validation des résultats provisoires par Cour constitutionnelle, une « fuite » d’information sort via Radio France internationale, TV5 et Financial Times donnant Martin Fayulu gagnant avec 59,4 %. Et cette fuite serait venue des données électroniques de la machine à voter. Comment expliquer que l’on se base sur des données qu’on dénonçait il y a peu et on fait volte-face parce qu’elles donnent désormais Martin Fayulu gagnant ? Pourquoi avoir soudainement fait confiance à ces chiffres qu’on abhorrait hier ?

Des éditions spéciales ont été organisées sur les médias internationaux, une couverture sans précédent sur le sujet. Ebola et ADF tuent tous les jours à Beni, mais aucune couverture médiatique comme celle des élections ! Il y a eu six millions de Congolais tués depuis les guerres imposées de l’extérieur, la fameuse communauté internationale ne s’est jamais prononcée comme elle l’a fait pendant les élections du 30 décembre. Sur la toile, les Congolais se demandaient : « Les élections intéressent donc plus que nos morts ? » En tout cas, si les massacres perpétrés par des ADF à Beni avaient fait l’objet d’une telle couverture médiatique, il y a longtemps que ces rebelles auraient déjà été neutralisés grâce à une réelle aide internationale.

Des médias manipulés ou qui manipulent ?

Savez-vous qu’en France un habitant sur deux pense que la radio n’est pas fiable comme source d’information ?  Savez-vous que 3 Français sur 4  pensent que leurs médias sont dépendants des partis politiques et des pressions financières ? C’est en tout cas ce qui est ressorti de la dernière enquête du groupe Kantar. Dans les articles parus sur les médias français (RFI et TV5) sur ces « fuites » qui donnaient Martin Fayulu vainqueur de la présidentielle, on pouvait y déceler que certains faits étaient sciemment mis en évidence et d’autres presque éclipsés.  Par exemple, on revenait tout le temps sur le fait que les données présentaient Fayulu comme le gagnant. Mais on évitait de préciser que :

a) Rien n’attachait ces données définitivement à la Céni ;

b) Les comparaisons aléatoires de ces données avec les procès-verbaux dans certains centres de vote n’étaient que des à peu-près et non des conformités indéniables.

Cela pourrait bien être interprété comme une volonté d’orienter les lecteurs et les auditeurs. Surtout quand on se souvient qu’à travers son chef de la diplomatie Jean Yves Le Drian, la France était la première à rejeter les résultats favorables à Félix Tshisekedi.

Mais il y a aussi le fait que dans la plupart des articles sur les élections en RDC, l’illustration était souvent faite avec une image de Martin Fayulu. Le tollé ainsi créé était si important que quelques présidents africains ont demandé à la Cour constitutionnelle de la RDC de suspendre la publication des résultats définitifs de la présidentielle et attendre l’arrivée d’une délégation de l’Union africaine à Kinshasa. La Cour constitutionnelle a fait fi de cette demande.

Les Congolais ont rejeté les positions de la communauté internationale

Vers les années 70, Mobutu demanda aux Congolais de revenir à l’authenticité zaïroise. Le fleuve, la monnaie et le pays furent rebaptisés Zaïre. Et le costume-cravate que portait le colon fut banni au profit de l’abacost (à bas le costume). C’est également ainsi que la majeure partie des Congolais a réagi face à cette campagne étrangère en faveur de Fayulu.

Même si beaucoup sont conscients qu’il peut y avoir eu des irrégularités dans les scrutins, tout le monde est soulagé que le passage du pouvoir se soit fait sans effusion de sang. Car, tous les « experts » du Congo prévoyaient un chaos, ils prévoyaient aussi que Kabila imposerait son dauphin, mais rien de tout cela n’a eu lieu.

En tant que Congolais, je me réjouis de ces élections. Car en un mois, le nouveau président a fait preuve de plus de bonne gouvernance que tous les 17 ans réunis du régime de son prédécesseur. Espérons que cela dure.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (7)

  1. Le vote est sacré,si le résultat fournit par la CENI sont fausses. On cours un grand danger. Nous voulons tous voir ce pays aller de l’avant,mais basé sur le mensonge. La justice élève une nation

  2. Une très bonne lecture de la politique internationale et leure influence sur/dans des pays comme le nôtre. Les multinationales ont pourri le bien-être des peuples et voudraient imposer leur diktat à tous. Il avait fallu que la RDC fasse la sourde oreille pour que la volonté du peuple soit, au moins cette fois, respectée.

  3. En tout cas j’ai beaucoup aimé la façon dont les élections se sont déroulés en rdc et pour la première fois j’ai vu la passation Pacifique du pouvoir que je rencontrerai à mes fils et petits fils,que Dieu bénisse le congo

  4. C’est ton point de vue…bien que cette transition se soit passée sans effusion de sang, les irrégularités constatées pendant ces elections imposent une justice impartiale par rapport à vérité des urnes. Le peuple gagne toujours!

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.