article comment count is: 1

Ces femmes congolaises qui nous ont marqués en 2017

Innovation, entrepreneuriat, engagement civique ou politique en 2017, les femmes congolaises nous ont beaucoup marqués par leur engagement. Habari RDC les a honorées en avril, en organisant un forum spécial pour elles intitulé : « Ces femmes qui osent ». Nous en avons sélectionné cinq. La liste n’est pas exhaustive, encore moins hiérarchique. Elle n’est plutôt qu’un échantillon de ces nombreuses femmes de toutes les provinces qui nous ont toutes marqués.

Iris Nzolatima : brisons le silence, parlons menstrues

Jeune entrepreneure congolaise de moins de 30 ans, Iris Nzolatima est fondatrice de House of Irico, une entreprise sociale qui distribue des serviettes hygiéniques aux femmes démunies. Elle a mené une campagne sans précédent et très osée dans cette société congolaise si figée. Pousser les femmes à oser parler librement de leurs menstrues, il faut avoir du courage pour le faire ! Et Iris l’a fait avec comme slogan : « Une serviette hygiénique gratuite pour chaque femme. »

Dans un billet que nous avons publié précédemment, Iris Nzolatima raconte : « Certaines femmes que nous rencontrons utilisent des morceaux de pagnes comme serviettes. D’autres encore creusent dans du sable pour verser leur sang pendant leurs périodes de règles, faute de bandes hygiéniques. » Grace à son engagement, elle a eu l’honneur de représenter l’Afrique au sommet Frobes/Asie des jeunes entrepreneurs sociaux à Manille aux Philippines. Dans ce combat, elle continue à tendre la main aux autorités pour une collaboration efficace afin de mieux aider ces femmes en difficulté.

Gueda Yav Wicht : la Congolaise qui pilote plus qu’un avion

Yav est une femme pilote de la compagnie aérienne Congo Airways. Cette fonction de pilote suffit pour faire d’elle et de ses collègues une exception dans ce domaine et dans cette société où l’homme domine. Cependant, elle mène des actions sociales en soutien aux droits de la femme dans le pays. Le 23 novembre, Gueda Yav a organisé une rencontre pour les femmes dans le but de les pousser à étudier et à faire une carrière professionnelle. Chose rare ! Afin de perpétuer son combat, elle a créé la fondation Gueda Yav qui poursuit le même but de l’autonomisation de la jeune femme.

Egée Mopathi sur tous les terrains

Lorsqu’on est un activiste pro démocratie, râler sur internet et aller sur le terrain sont deux choses très différentes en RDC. Beaucoup râlent sur les réseaux sociaux, mais peu osent manifester (pacifiquement) ou sensibiliser sur le terrain pour un combat aussi noble. C’est pourtant ce lien que fait Egée Mopathi. Activiste web oui, mais aussi de terrain. A chaque manifestation pro-démocratie, elle participe et sensibilise activement la population malgré les conséquences qui en découlent. Comme si cela ne suffisait pas, lors d’une manifestation de la Lucha, elle s’est vue gratifiée de la « couronne » qui est réservée aux activistes en RDC : l’arrestation. Libérée, elle continue sa lutte pro-démocratie sans relâche.

Anny Modi Ntenga : la femme derrière Afia Mama

Beaucoup connaissent Afia Mama, mais peu connaissent ceux ou celles qui sont derrière cette organisation comptée parmi les plus actives dans l’épanouissement de la jeune femme en RDC. Directrice exécutive de cette ONG, Anny Modi, de nature discrète, s’est aussi distinguée par son engagement de plus en plus remarquable. Anny a été certifiée par l’ONU Femmes RDC et continue sa lutte dans l’ONG Afia Mama qu’elle dirige, afin d’investir dans la jeunesse féminine. Cette ONG milite pour la promotion des droits de l’Homme en RDC, spécifiquement, les droits de la jeune femme. Lors d’un échange avec les jeunes parlementaires congolais, Anny a pris le courage de plaider pour une révision du code congolais de la famille, afin de le débarrasser des dispositions discriminatoires pour la femme. Espérons que les élus en prendront compte !

Monique Mukuna, la future présidente du Congo ?

De la majorité présidentielle ou de l’opposition, elles sont politiciennes, femmes entrepreneures, activistes sociales, etc. Les femmes congolaises ont joué un rôle prépondérant dans le développement du pays. Nous sommes en train d’assister à un réveil sans précédent de la femme congolaise. 2018 sera l’année de tous les enjeux. Une femme présidente de la RDC est-elle en gestation ? Monique Mukuna peut-être ! En tout cas, c’est ce que nous avons souhaité pour elle dans un billet publié en septembre intitulé : La prochaine présidente de la RDC devrait être une femme. » Toutefois, elle est la seule à avoir eu le courage de déclarer sa candidature à ce poste. Quand on sait ce qu’une candidature à la présidentielle coûte aux hommes en termes de moyens, voir une femme briguer la magistrature suprême, c’est plus qu’un simple courage. L’heure du réveil de la femme a donc sonné.

 


Vous pouvez lire aussi :

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.