article comment count is: 0

Futurs députés, commencez par respecter la loi !

22 octobre 2018. Guy, jeune directeur d’une petite école privée de Lubumbashi, se voit sommé de payer 300 000 FC. Il doit acheter le silence de quelques prétendus agents du service de la sûreté de RDC. Faute de quoi, ces agents scelleraient son établissement.

La veille, les modestes locaux de l’école avaient abrité un rassemblement d’une centaine de personnes du quartier avec un candidat à la députation nationale, pasteur de son état. La rencontre se termine sur un tumultueux partage de billets de banque. Le candidat, officiellement accueilli au nom d’une structure de charité en faveur des pauvres, a distribué des cartes à son effigie frappée des mentions de sa candidature, sa circonscription électorale, son numéro d’ordre ainsi que l’appel à voter pour lui.

Pour les prétendus agents du renseignement, l’infraction était-là : « Campagne électorale anticipée ! » Acculé, Guy a dû se débattre seul pour épargner son école, le candidat à  la députation s’étant prévalu de son rang et de ses cercles d’influence.

Futurs parlementaires déjà irrespectueux de la loi

Comme ce candidat, beaucoup d’autres prétendants ont usé de ruses pour activer leur campagne électorale de manière anticipée. Les subterfuges pour le faux-départ ont pris toutes les formes possibles. Devant les dénonciations stériles d’organes d’appui à la démocratie tels que la Céni et le Conseil supérieur de l’audiovisuel, et face à l’inaction des parquets, chacun y est allé de son génie pour tricher ! A Lubumbashi, chacun a été au moins une fois témoin involontaire ou complice de ces manœuvres déloyales. 

Voilà l’identité de nombre de ceux qui se bousculent aux portes de la représentation nationale. Voilà le genre d’hommes et de femmes que nombre de Congolais s’apprêtent à élire. Des parlementaires de demain qui travailleront des lois qu’ils ne respecteront pas demain. Voilà ce que sera peut-être le Parlement de demain !

Qui doit respecter les lois en RDC ?

Le respect des lois et des règles établies, c’est l’un des défis de la RDC aujourd’hui. Nous avons créé une société de compromis. Tous ou presque semblent exercés à contourner la loi. Le respect des lois, tout comme les moyens pour les contourner, dépendent du statut de chacun. Quand on ne pèse pas de son poids sur ses cercles d’influence, on ruse par compromis et manœuvres déloyales. Nos lois et les règles de notre société, très peu s’y conforment. La mairie de Lubumbashi, par exemple, a laissé des gens afficher leurs photos de campagne, mais en se gardant de mentionner leurs numéros d’ordre des candidats. Une fois la campagne électorale lancée, on a retrouvé les mêmes affiches, mêmes messages, cette fois avec des numéros des candidats.

C’est cela l’image que nous renvoient ces candidats députés. S’ils sont élus, ce qui est fort probable, ce type de députés viendra sûrement ajouter sa part de sable à la montagne de lois congolaises alors qu’ils sont incapables de respecter même un paragraphe de la loi qui organise leur élection.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.