article comment count is: 1

Le gouverneur Jean Maweja visé par une motion de défiance

Depuis plusieurs semaines, on assiste à un bras de fer entre l’Assemblée provinciale et le gouverneur du Kasaï-Oriental, Jean Maweja. 12 députés ont lancé une motion de défiance visant à le destituer. Mais la plénière du lundi 2 novembre qui devait en principe traiter cette motion à été empêchée par la police. Celle-ci a bloqué tout accès à l’hémicycle.

Élu gouverneur en 2019, Jean Maweja Muteba est toujours accusé d’incompétence même au sein de son parti, l’UDPS. À l’Assemblée provinciale, plusieurs députés ne jurent que par son départ. C’est ce qui justifie la motion de défiance lancée contre lui. Ils l’accusent non seulement de ne rien faire pour le développement de la province, mais aussi de mépriser l’organe délibérant en ne privilégiant que les soutiens dont il bénéficie au niveau de la hiérarchie nationale de l’UDPS à Kinshasa.

Le gouverneur se comporte donc comme s’il n’a aucun compte à rendre ni à la population ni aux députés qui l’avaient pourtant élu. Sa démission est également réclamée depuis de longs mois par la Lucha Mbujimayi et le collectif Sauvons le Kasaï.

La force pour soumettre les élus

Au lieu d’user de sagesse et de diplomatie pour rester en bons termes avec les élus, Jean Maweja a choisi plutôt la force. Lundi 2 novembre dernier, les députés devaient siéger à l’hémicycle pour examiner la motion de défiance le visant. Mais arrivés sur place, ils ont trouvé la concession de l’Assemblée assiégée par un impressionnant dispositif policier placé « sur ordre du ministre provincial de l’Intérieur, Lazare Tshipinda ».

Chaque député qui arrivait, les policiers le sommaient de rebrousser chemin. Selon plusieurs sources, la résidence de Yves Muamba, président du bureau de l’Assemblée a même été caillassée par de « présumés pro-Maweja ».

Se sentant humiliés et empêchés de tenir leur plénière, les députés en colère ont fait une déclaration devant les médias. Par la voix de l’un de leur, Junior Muteba, ils ont exigé le retrait sans délai et sans conditions des policiers qui bloquent l’accès à l’Assemblée provinciale. Les élus ont également désavoué le ministre provincial de l’Intérieur nouvellement nommé, Lazare Tshipinda. Sur place, ils ont demandé au bureau de l’organe délibérant de délocaliser les plénières si le gouvernement provincial maintient le blocus de l’Assemblée.

Les positions semblent désormais irréconciliables entre le gouverneur Jean Maweja et plusieurs députés. En rapport avec cette situation, le président du bureau de l’organe délibérant, Yves Muamba, a été « convoqué à Kinshasa ». Depuis, il ne se passe aucune activité à l’Assemblée provinciale.

Comme si cette tension ne suffisait pas, une autre crise existe au sein même du gouvernement provincial du Kasaï-Oriental : cela fait plusieurs mois que les relations ne sont pas bonnes entre Jean Maweja et sa vice-gouverneur Jeannette Longa.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)