article comment count is: 4

#MawejaDoitPartir: le hashtag de la Lucha contre le gouverneur Maweja

Depuis son avénement à la tête du Kasaï-Oriental, le gouverneur Jean Maweja ne convainc personne, sauf peut-être les membres de sa famille. Alors que la province est par terre en tout et pour tout, vieux Maô tatonne indéfiniment. Pire, il minimise la gravité d’une situation déjà catastrophique. Ses sorties médiatiques, si elles ne font pas rigoler, énervent même au sein de son parti UDPS. Un manque de leadership qui a poussé la Lucha à lancer le hashtag #MawejaDoitPartir.

En tant que patriote soucieux de voir ma province décoller rapidement, j’adhère à ce hashtag de la Lucha : #MawejaDoitPartir ! Il doit partir. Le Kasai-Oriental n’a pas de temps à perdre avec un gouverneur qui se comporte comme un apprenti-pilote dans un avion en plein vol. Jusque-là son gouvernement navigue à vue, car manquant de programme clair de redressement de la province.

Une crise alimentaire sans précédent

Ventre affamé n’a point d’oreille, dit-on. Dans le passé, notre province a déjà connu plusieurs crises alimentaires, mais celle qui est en cours actuellement est la pire de toutes. Jamais on n’a acheté une mesure de maïs à 7000 ou 8000 FC (environ 5$). C’est pourtant le cas depuis près de 3 mois maintenant à Mbujimayi. Les familles pauvres ne savent à quel saint se vouer. Pendant ce temps, le gouvernement Jean Maweja affiche une incapacité notoire à contrôler la situation, alors que la hausse des prix est due plus à la spéculation et la mauvaise foi de nos commerçants qu’à la rareté du maïs.

Imaginez une femme qui a des enfants mais avec un revenu très faible, d’où pourrait-elle tirer 8000 FC chaque jour pour nourrir sa famille ? C’est cela qui révolte les gens. Plus grave, cette crise alimentaire était évitable, car 3 mois avant qu’elle se déclenche, plusieurs Kasaïens avaient tiré la sonnette d’alarme appellant le gouverneur à investir rapidement dans l’agriculture, mais cet appel n’a pas été entendu.

Or, beaucoup vivent de la débrouillardise à Mbujimayi, et le coût de la vie est devenu 3 fois plus élevé sous le règne de Jean Maweja. Hélas, au lieu de se ressaisir et rectifier les tirs, le gouverneur choisit plutôt les intimidations contre ceux qui le critiquent en les menaçant d’arrestation. Plus grave, il fait de la masturbation politique en se félicitant d’avoir été « plébiscité meilleur gouverneur de la RDC pour la bonne gestion » sans nous dire qui l’a plébiscité où et quand. Foutaises ! Il doit partir !

Ce que je peux conseiller à Jean Maweja

Gouverner c’est prévoir. Il doit d’abord réunir tous les opérateurs économiques de la province en vue de tabler sur une possible réduction du prix du maïs. Mais aussi penser à la production locale en préparant la saison agricole B. Faire de l’agriculture une priorité. Ce qui nous évitera une nouvelle crise du maïs dans les prochains mois.

Sur le plan politique, Jean Maweja doit imprimer un leadership responsable en menant des actions qui rassurent la population. Ne pas toujours attendre tout de Kinshasa. Canaliser les moyens du bord pour satisfaire tant soit peu les besoins vitaux de ses administrés : eau courante, électricité, route de desserte agricole, etc. C’est cela à mon avis qui pourrait sauver le fauteuil de Jean Maweja.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. Je suis vraiment deçu de ce monsieur comment peut il etre si incompetent, franchement je suis un Fils de la province qui vit en Afrique du sud donc j’adhère a ce hashtag maweja doit partir