article comment count is: 0

La communication politique envahit la rue

Après avoir contaminé les médias traditionnels (radio, télévision et presse écrite), les politiciens congolais tentent d’envahir les réseaux sociaux. Aujourd’hui, tout acteur politique veut accroître son audience sur Twitter et Facebook. Mais la communication politique ne s’arrête pas là. Les rues de Kinshasa et de Goma se transforment en champ de bataille.

Des messages politiques affichés dans les rues

Aubin, un jeune taximan de la ville de Goma fervent partisan du parti de l’UDPS emmené par Étienne Tshisekedi, décide de faire une courte pause devant la permanence du parti ce dimanche matin. Un tableau noir marqué à la craie attire son attention. « l’UDPS est la vraie opposition, les autres opposants jouent pour le pouvoir en place » indique le tableau.

Voilà la nouvelle méthode pour adresser des messages aux passants. « C’est un procédé simple et peu coûteux mais avec ce tableau noir, quelqu’un peut venir la nuit et modifier le message » murmure Aubin en mettant sa casquette. Il  n’est pas seul devant le tableau, une foule intriguée commente le message et parle politique.

L’alternance politique sur toutes les lèvres

« Cette bataille n’aura de sens que si nous avons l’alternance en novembre prochain » estime un homme tandis qu’un jeune pousse-pousseur du Tshukudu (grosse trottinette en bois, symbole du courage et de l’entrepreneuriat des habitants de cette ville) pense que « les politiciens sont tous des caméléons et qu’ils changent de couleurs selon les intérêts ».

En cette période électorale qui s’ouvre devant nous, une petite phrase mal placée peut avoir de graves conséquences. Peu importe le support utilisé, les politiciens, leaders d’opinion sont appelés à bien gérer leurs sorties médiatiques

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.