article comment count is: 0

La révision du fichier électoral divise les jeunes de Mbujimayi

Ils sont nombreux à passer des journées entières à en parler à l’école, à l’université et dans d’autres lieux publics : « Pas question ! Le Congo nous appartient à tous, personne n’a le droit de nous empêcher de voter en 2016 ! » s’exclament-ils.

Les journalistes et les Blogueurs ont la responsabilité de faire parler les jeunes

Quand je suis allé à la rencontre de ces jeunes à l’Université Officielle de Mbujimayi, beaucoup m’ont pris à partie en disant : « vous les journalistes vous ne nous donnez jamais la parole, vous ne vous intéressez qu’à ces politiciens qui nous marginalisent ! Vous ne nous demandez même pas notre avis !». J’ai mis presqu’une demi-heure à les convaincre de m’écouter. Quand j’ai enfin pu me faire entendre, je leur ai dit que j’étais venu les interroger et ils ont accepté de discuter. Ouf ! Ils ont principalement parlé du processus électoral. Selon eux, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) doit totalement réviser le fichier électoral avant d’organiser les élections.

Une discussion à bâton rompu

« Mieux vaut de bonnes élections en retard plutôt que des élections bâclées »

Ce débat avec les jeunes de Mbujimayi a connu plusieurs rebondissements. Lorsqu’on a abordé la possibilité que les élections se tiennent après 2016 afin que la CENI puisse terminer la révision du fichier, les avis ont divergé. Pour les uns, elles ne doivent pas avoir lieu après novembre 2016, le respect des délais constitutionnels est impératif. Pour les autres, si un petit « glissement » du calendrier permet aux récents majeurs de s’enrôler, ils n’y voient pas d’inconvénients. « Mieux vaut de bonnes élections en retard plutôt que des élections bâclées » ont-ils affirmé. Le débat entre les deux groupes a fini par s’emballer au point où ils ont failli en venir aux mains. Je me suis éclipsé pour les laisser continuer sans moi. Je ne peux donc pas vous dire comment les choses se sont terminées.

 

Partagez-nous votre opinion