article comment count is: 0

RDC : les jeunes, chair à canon politicienne

Les hommes politiques professionnels de plus de 45 ans ne laissent guère la place aux nouvelles pousses, mais ne s’interdisent pas de les instrumentaliser…

Jeunesse, jeunesse, jeunesse : les pros des campagnes électorales n’ont que ce mot à la bouche.

Rien de tel qu’une langue de bois à base d’« avenir », de « nouveau souffle » et autres « nouvelles générations ». Rien de tel, surtout, que du sang neuf et fougueux pour asseoir les stratégies de gouvernants qui ont souvent dépassé l’espérance de vie de la RDC.

Ligue des jeunes militants ou miliciens ?

Pour embrigader ces énergies adulescentes sans leur céder les vrais leviers de pouvoir, les partis misent sur des ligues de jeunes dont on ne sait pas toujours s’il s’agit de réservoirs de militants corvéables à merci ou de milices en puissance. Le week-end dernier, le kabiliste PPRD installait son nouveau comité national de la ligue des jeunes, dans la foulée des assises de Lubumbashi. A la manœuvre : le secrétaire permanent Emmanuel Ramazani Shadary, le vrai-faux candidat de la présidentielle passée, lui qui apparut comme le paravent de la coalition surprise Kabila-Tshisekedi.

Officiellement, tout va pour le mieux dans le meilleur de la jeunesse FCC-Cach. Le 20 novembre dernier, les jeunes leaders du PPRD et de l’UDPS s’étaient retrouvés pour aplanir des querelles de plus en plus visibles. Mais quelques jours plus tard, après les « good cops », c’est le « bad cop » Shadary qui tenait donc, dans un cadre partisan, des propos offensifs et acides envers les ennemis supposés de la coalition FCC.

« Si on vous attaque, nous réciproquerons »

En kimono bleu de jiu-jitsu –symbole d’une jeunesse sportive ou allégorie de corps à corps à venir ?–, le leader a mis en garde des alliés de la coalition au pouvoir. Une mise en garde qui ressemble à tout sauf à des amabilités de partenaires : « Notre Ligue des jeunes est une ligue d’un parti civilisé, mais si on vous attaque, nous allons réciproquer. » Une harangue de nature à manipuler les plus bagarreurs du PPRD, tout autant que les jeunes tshisekedistes toujours prêts à en découdre.

En creux, l’idole de ces derniers, le « fils-de » chef de l’Etat, avait indiqué que les « bisous sur la bouche » n’étaient pas à l’ordre du jour de la coalition de circonstance. Il craint sans doute qu’on lui donne en retour un baiser de la mort ou une embrassade de Judas…

Et la Ligue des jeunes de l’UNC ?

Si l’on dit qu’avec de tels amis, on n’a pas besoin d’ennemis, nul besoin d’évoquer la Ligue des jeunes de l’UNC de Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du chef de l’Etat, ligue qui regarde d’un mauvais œil le tango des jeunes leaders de la coalition FCC-Cach. De même, faut-il ajouter à ce sac de nœuds de provocations « alliées » les grommellements d’opposants qui rongent leur frein –notamment la Ligue des jeunes du MLC de Jean-Pierre Bemba– pour comprendre que les joutes à venir ne s’annoncent pas cordiales ?

L’Afrique contemporaine regorge d’expériences fâcheuses –ivoirienne notamment– durant lesquelles la manipulation de la jeunesse a moins conduit à la conscientisation républicaine qu’aux dérapages incontrôlés. Toujours sous sanctions de l’Union européenne pour atteinte aux droits de l’homme, Ramazani Shadary n’a-t-il retenu aucune leçon ?

 

Partagez-nous votre opinion