article comment count is: 0

Lubumbashi remporte une médaille au Championnat d’Afrique de slam-poésie

Avec l’engouement actuel pour la poésie et le slam, les jeunes Congolais manquent  souvent d’espaces pour s’exprimer. Les plus assidus arrivent à sortir du lot et à montrer leur ancrage local, grâce à l’action des centres culturels privés. Ces derniers offrent à ces jeunes une vitrine d’où ils peuvent se faire connaitre et, malgré moult difficultés, exporter, vendre leur art et même remporter des prix.

A Lubumbashi, le premier slameur de la dernière décennie à réussir son parcours de combattant pour hisser haut le drapeau congolais et les couleurs de la ville, c’est le jeune Corneille Chabala dit Nouvelle Etoile. Etudiant finaliste à la faculté des lettres et des sciences humaines en arts du spectacle de l’Université de Lubumbashi, Chabala est, dès son jeune âge, attiré par la poésie, le slam. Au départ, il écrit peut-être pour impressionner son entourage ou déclarer sa flamme à l’âme à conquérir. Mais il finit par prendre conscience de la valeur d’un tel art dans sa propre vie. Désormais, il est de tous les ateliers d’écriture et rencontre ses pairs, exemple le père du slam lushois Jean Chrysostome Tshibanda, ou encore la Brazzavilloise Mariusca Moukengue et le Kinois Micromega Bandefu. Très vite, il est remarqué et devient l’invité de tous, dans l’art de la parole.

Compétiteur né, il est candidat au Championnat d’Afrique de slam-poésie pour les nations francophones (Casnaf), organisé à Ouagadougou au Burkina-Faso, du 15 au 20 mars dernier. Sous l’égide de la Confédération panafricaine de slam-poésie (Copaspo) et l’Institut français de Ouagadougou, cette compétition était parrainée par le célèbre comédien et  metteur en scène burkinabè Etienne Minoungou. Cinq pays africains y ont participé : le Tchad, le Mali, le Togo, le Burkina-Faso et la République démocratique du Congo.

Au chapitre des prix, la médaille d’or est revenue au candidat du pays organisateur. La RDC a occupé la deuxième place sur le podium en remportant celle d’argent, malgré les conditions de voyage très difficiles, pour le jeune Chabala qui dès sa descente d’avion, a rejoint la salle de la manifestation pour compétir, devant un public pas acquis à sa cause.

Il faut dire qu’avec sa thématique de prédilection, l’« humain », Chabala convainc et arrive à convaincre. Son secret ? « Parler de l’humain, c’est parler de tout et de tout le monde », soutient-il.

En attendant le championnat mondial de slam-poésie et bien d’autres compétitions, Chabala a marqué sa reconnaissance en allant présenter sa médaille à l’autorité provinciale du Haut-Katanga pour son accompagnement lors de cette aventure.

Voilà une belle manière de grandir, de briller et de faire briller son pays depuis Lubumbashi, sa ville !

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion