Construiction du Saut-de-mouton de Pompage, un programme de developpement du président Felix Tshilombo, Ngaliema, Kinsuka, 2019, @Habari RDC
article comment count is: 0

Non, les sauts-de-moutons n’empêcheront pas les embouteillages à Kinshasa

Dans le souci d’empêcher les embouteillages sur le boulevard Lumumba, le président Félix Tshisekedi fait construire des sauts-de-moutons. Je salue cette initiative et j’espère qu’elle va soulager la souffrance des millions de Kinois. Seulement voilà, à mon avis, les sauts-de-moutons ne seront pas vraiment la solution.Tout au long du boulevard Lumumba, à partir de Debonome jusqu’à Kingasani, surtout dans ce populaire district de Tshiangu, vous trouverez au milieu de la route des enclos en tôles bleues, indiquant qu’à l’intérieur les travaux de construction de sauts-de-moutons sont en cours.

Les esprits se surchauffent

Non seulement ces travaux n’avancent pas, mais aussi la circulation est fortement perturbée. Et cela donne du fil à retordre aux chauffeurs. Les plus nerveux klaxonnent et crient beaucoup : « Avancez ! bougez là devant ! » Ou encore : « Hé toi ! Dégage ta vieille bagnole ! » ; « ta gueule imbécile ! Tu roules comme un villageois, toi ! » Eh oui, pas facile de se calmer, surtout s’il fait chaud. Et le temps c’est de l’argent.

D’habitude, ce boulevard Lumumba est toujours plein de gros embouteillages, spécialement dans sa partie qui couvre des communes surpeuplées telles que Masina, Kingasani et Nd’jili. Ces quartiers sont surnommés « Egypte » en raison des difficultés de transport et des conditions de vie. Les embouteillages sont encore plus inextricables aux endroits où les sauts-de-moutons sont en construction, parce que la chaussée y est fortement rétrécie. Et nous souffrons beaucoup dans ces embouteillages. Parfois on peut rester bloqués pendant 4 heures, rien qu’entre Quartier 1 et « Pascal ». Parmi ceux qui se rendent à l’aéroport pour voyager, certains ont même raté leur vol.

Kinshasa a besoin de nouvelles routes

Je ne suis pas contre les sauts-de-moutons. Mais je pense qu’on a mal jugé l’ampleur de la circulation dans la capitale. On n’a pas posé un bon diagnostic. En réalité, le problème de Kinshasa n’est pas d’avoir des sauts-de-moutons. C’est plutôt le fait qu’il y a peu de bonnes routes face à une population très nombreuse d’habitants et de véhicules qui se déplacent tous au même moment. Pour une ville qui héberge 12 millions d’habitants, ce n’est pas normal qu’une seule route (boulevard Lumumba) relie l’aéroport au reste de la ville. Des millions de gens et de véhicules de la partie est de la capitale n’ont pas d’autre choix que d’emprunter ce boulevard, car c’est l’unique voie d’accès au centre-ville ou à l’aéroport. La petite bifurcation à hauteur de l’avenue Poids lourds ne change rien. De ce fait, ce ne sont pas les sauts-de-moutons qui pourront mettre fin aux bouchons.

Ce qu’on devrait faire

Je suis également étonné que les autorités aient choisi de construire le nouvel aéroport international de Kinshasa toujours au même endroit que l’actuel. Ça va amplifier davantage des embouteillages déjà insupportables sur ce pauvre boulevard Lumumba. D’autant plus que le nouvel aéroport sera plus grand que l’actuel, avec un trafic encore plus important. On s’attend donc à plus d’embouteillages qu’aujourd’hui, et nos sauts-de-moutons ne pourront que constater leur inutilité. A mon avis, pour ce nouvel aéroport, on aurait dû trouver un site ailleurs, peut-être du côté de Kimwenza ou de Kindele, de l’autre côté de la ville pour décongestionner le trafic sur le boulevard Lumumba.

Mais comme l’aéroport est à Nd’jili, ce qu’il faut faire c’est construire au moins deux ou trois autres routes de même taille que le boulevard Lumumba. L’une allant de l’aéroport le long du fleuve Congo, passant par Kingabwa jusqu’à Gombe. L’autre allant de l’aéroport du côté du Camp Céta, passant par Sainte-Thérèse-Kisenso jusqu’à Lemba. De cette façon, les populations de Tshiangu auront à choisir entre plusieurs routes pour aller ou venir du centre-ville. Et ça serait facile. Pourquoi ne pas aussi construire une grand-route encerclant toute la capitale comme c’est le cas dans certains pays ? Je ne crois pas qu’il faille ajouter à la souffrance des Congolais même les difficultés de se déplacer.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

  1. Cher ami, la réflexion n’est pas mauvaise. Elle est très bonne. Mais seulement, j’ai décelé une chose, ce que tu ne connais même ce qui prévu de faire et c’est pas au che f de l’État à qui il faut blâmer. Le président de l’OVD, lors d’une émission sur l’une de nos chaines de télévision locales, a tenu à éclairer la population kinoise sur ce. En réalité, il est prévu en plus de saut-de-mouton, de diviser la route en trois bandes, les deux bandes de part et d’autre serviront de transport local, pour des bus qui s’arrêtent à chaque arrêt, et la bandes au milieu, qui sera séparée de deux autres par des bétons servira aux personnes qui empreintes des longues distances par exemple pour une qui foi voyager par exemple