article comment count is: 1

Rencontres et Profils : les jeunes face aux implications économiques de la dot 

« La dot n’a plus le sens qu’elle avait dans nos traditions. Elle est devenue aujourd’hui un fonds de commerce pour les familles. Et c’est dommage » !

Justin Bahati, Prince Bagheni et Alain Chamvua sont trois jeunes congolais de Goma. Certes, ils ne sont pas contre la dot en tant que tel, mais plutôt s’insurgent contre l’orientation commerciale que lui donne la société congolaise. Aujourd’hui, pour beaucoup de familles, la dot est devenue carrément un fonds de commerce. Ce qui constitue un véritable handicap pour les jeunes quant à leur avenir matrimonial.

Cette édition de R&P est présentée par Reagan Mwanaweka de la radio communautaire Tayna, une de nos radios partenaires à Goma en RDC.

En voici quelques extraits :

Reagan Mwanaweka : la dot, quel est ton avis sur la question ? Es-tu pour ou contre, Justin Bahati ?

Justin Bahati : Je crois que la dot, telle qu’elle est pratiquée chez nous aujourd’hui doit être découragée.

Ça montre une image négative de notre société, surtout que c’est devenu comme du commerce. Ce qui n’était pas le cas dans l’ancien temps où elle était considérée comme un symbole unificateur des familles. De nos jours c’est plus du commerce qui pousse même les familles à aller s’endetter.

Reagan Mwanaweka : Prince, et pourquoi la dot semble être un fonds de commerce aujourd’hui ?

Prince Bagheni : c’est à cause de la pauvreté qui assaille les familles aujourd’hui dans notre pays. Ajouté à ça le non-respect des réalités de nos coutumes. L’argent dirige tout aujourd’hui dans notre vie. Tout le monde est orienté vers l’argent au point de fouler au pied les valeurs qui gouvernent nos us et coutumes.

Reagan Mwanaweka : alors faudrait-il supprimer la dot ?

Alain Chamvua : la dot est obligatoire. La famille doit exiger la dot, puisque c’est prescrit par la loi. Seulement il serait très difficile à l’Etat d’exiger un seuil à ne pas dépasser. Mais il serait aussi bien que les institutions de l’Etat essayent de voir comment réglementer les choses afin que la dot conserve ses valeurs d’antan et reste un véritable symbole d’union et d’amour dans nos sociétés.

Toutes les semaines, #RProfils donne la parole aux jeunes et aborde des sujets qui font bouger l’Afrique. N’hésitez pas à télécharger les éditions afin de les réécouter ou de les diffuser sur vos ondes.

Discutez des émissions avec nous sur Facebook et Twitter !

Et si vous voulez accéder aux anciennes émissions, c’est par ici.

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)