katumbi_moise_rdc
article comment count is: 4

Lubumbashi : tensions durant l’attente du retour de Moïse Katumbi

L’opposant Moïse Katumbi n’a finalement pas atterri à Lubumbashi ce vendredi 3 août 2018 avec son jet privé, comme annoncé. Les autorités congolaises qui promettent de l’arrêter, ne lui en ont pas donné l’autorisation. L’attente de l’ancien gouverneur du Katanga se prolonge donc et se traduit par une montée de tensions dans la ville, parmi les personnes mobilisées pour son accueil.

Ce vendredi 3 août 2018, atterrissage annulé pour l’avion de Moïse Katumbi à l’aéroport de Lubumbashi. La police a déployé plusieurs éléments sur la route de l’aéroport : au Carrefour, Place de l’Identité katangaise, mais aussi dans les arrêts de bus Texaco, Express, Kabuesese et CRAA. Ces endroits sont des points chauds de la partie nord de la ville où plusieurs jeunes se sont rendus tôt le matin pour accueillir l’ancien gouverneur du Katanga. Des accrochages ont eu lieu, au Carrefour et vers CRAA, lorsque la police a essayé de contraindre ces jeunes à rebrousser chemin. Cela a parfois perturbé la circulation sur le boulevard Msiri.

Moïse Katumbi devrait arriver par la route Kasumbalesa

Faute d’autorisation pour Katumbi d’atterrir à l’aéroport de Luano à Lubumbashi, les personnes mobilisées pour son accueil ont levé le camp sur la route de l’aéroport. A 10 heures du matin – heure à laquelle l’avion conduisant l’opposant devait arriver – plusieurs jeunes se rendaient déjà à l’ouest de la ville, en direction de la route Kasumbalesa. Les proches de l’opposant ont annoncé qu’ils ont résolu d’atterrir à Ndola, en Zambie, afin d’entrer au Congo par le poste frontalier de Kasumbalesa, dans le Haut-Katanga. Une heure et demie de route sont nécessaires pour joindre Lubumbashi au sud-est du pays.

Au Centre-ville de Lubumbashi, plusieurs policiers ont été déployés Place de la poste, à la gare SNCC. Et, à l’ouest, sur la route Kasumbalesa, par où Katumbi est supposé arriver dans l’après-midi, comme le prévoyait son plan B, plusieurs autres policiers ont pris position. Jusqu’à présent, pas d’incident signalé au point chaud du quartier Matshipisha pro-opposition. Mais on note des fouilles, par la police, de tout véhicule qui passe par le péage Kisanga, à l’extrême ouest de la ville.

Des tensions perceptibles partout dans la ville

Jusqu’à 11 heures ce vendredi, on pouvait voir des gens attendant le retour de Moïse Katumbi à plusieurs endroits à travers la ville. La ville elle-même s’est activée vers 11 heures, après une matinée plutôt timide. On pouvait voir des camionnettes de policiers rouler à vive allure, parfois gyrophares allumés.

Mais ce qui rajoute à cette tension, c’est le risque de troubles de la part des militants pro-Katumbi. Puisque les autorités ont annoncé que l’opposant serait immédiatement arrêté dès son arrivée.

 


Vous pouvez lire aussi : Moïse Katumbi doit rentrer au pays pour renforcer l’opposition

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. Le président Joseph Kabila veut aussi faire comme son Frère Ougandais Yoweri Museveni! la RDC doit etre different de ce petit pays comme le Rwanda, L’ouganda et le Bourundi. car ces trois presidents chaque fois quand il y a election dans leus pays, ils exilent les grands opposants. trop c’est trop vraiment

  2. je pense bien que les autorités congolaises seraient contre la candidature du citoyen congolais, ex-gouverneur du katanga. pourquoi lui réfusait de revenir dans sa patrie?

  3. Sans l’opposant katumbi la rdc n’est pas un pays que ditons de l’hymme national « un pays plus beau qu’ avant »ecrit le lualaba

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.