article comment count is: 1

Roger Lumbala : « Un peuple affamé n’a point d’oreille ! »

Revenu de l’exil grâce aux mesures de décrispation prévues par l’accord du 31 décembre, Roger Lumbala, dans un tête-à-tête avec le blogueur Rodriguez Katsuva, réagit sur plusieurs questions d’actualité, notamment sur l’impasse politique actuelle en RDC, mais aussi sur la politique de feu Etienne Tshisekedi et propose des voies de sortie.

« Des fois on me comprend mal quand je dis qu’Etienne Tshisekedi a échoué dans sa lutte, pourtant c’est vrai ! Quand on mène une lutte, c’est pour atteindre un résultat. Tshisekedi voulait devenir président, mais il ne l’a jamais été. Il avait même prêté serment comme chef de l’État dans sa maison ! Mais ne l’a jamais été… Il est temps que l’opposition entame une nouvelle approche qui ne serait pas vouée à l’échec », affirme Roger Lumbala.

Le président du Rassemblement des Congolais démocrates et nationalistes (RCDN) se montre très dur avec les activistes de la Lucha, de Filimbi et de « Congolais debout ». Pour lui, les méthodes prônées par l’opposition sont contreproductives : « Nous devons arrêter d’être cette opposition qui préfère regarder la majorité échouer en prenant à témoin le peuple ! Le perdant dans tout ça ce n’est pas la majorité ! C’est le peuple. Ce n’est pas non plus ces opposants, car eux se la coulent douce en Europe ou en Amérique… »

Et d’ajouter : « Le peuple congolais a faim. Si vous voulez qu’il descende dans les rues, donnez-lui d’abord quelque chose à se mettre dans le ventre. Ensuite, vous pouvez lui demander de manifester ou d’observer des journées ville morte. »

L’agriculture pour rendre les Congolais riches

Roger Lumbala pense pouvoir faire mieux que tous les autres opposants. Il croit que l’agriculture est la clef pour rendre riche tout citoyen. Une richesse déterminée par le fait qu’un Congolais ne devrait jamais se demander ce qu’il va manger le soir.

« Regardez autour de nous, il n’y a que la RCA avec laquelle on pourrait se comparer ! Sinon, la RDC ne pourrait se mesurer à aucun de ces petits pays qui nous entourent ! Le Rwanda, qui n’a même pas la taille du territoire de Walikale, vaut mieux que nous en matière de gouvernance ! Il est le septième pays le mieux géré au monde ! Moi je veux rendre le Congolais riche, déclare Roger Lumbala. Je viens de déposer un projet visant à remettre un engin léger d’agriculture à chaque université, à chaque territoire et à chaque commune. Puis il sera créé des comités d’au moins 100 personnes par territoire qui s’occuperont de l’agriculture. Vous verrez que nous pourrions lutter contre la faim et l’extrême pauvreté. Nous avons quand même plus de 80 millions d’hectares de terre arable ! Un peuple affamé n’a point d’oreille ! »

Roger Lumbala dit ne plus faire de l’opposition anarchique et archaïque au pouvoir mais plutôt une opposition positive, participative et constructive !

« C’est Joseph Kabila qui m’a fait revenir au pays, et non l’opposition au dialogue »

A la question de savoir pourquoi il semble tourner le dos aux opposants qui ont fait pression sur le régime pour qu’il revienne au pays, Roger Lumbala rétorque que son retour n’est plus ni moins qu’une réalisation de Joseph Kabila et seulement lui. Pourtant, c’est l’opposition au dialogue de la CENCO qui avait proposé son nom parmi 7 autres qu’on appelait « les cas emblématiques » pour la décrispation politique en marge dudit dialogue. Pour lui, si les opposants avaient un quelconque pouvoir, ils auraient pu négocier le retour de Moïse Katumbi, leur employeur selon lui . Monsieur Lumbala declare :  « Si les participants au dialogue du centre interdiocésain avaient choisi sept cas emblématiques, c’est sur base de la proposition du défenseur des droits de l’Homme, Georges Kapiamba ! Et la seule personne qui parlait pour Roger Lumbala, c’est Lisanga Bonganga ! Et celui qui a accepté les quatre cas emblématiques c’est Joseph Kabila Kabange. Il a accepté le retour des trois et la libération du quatrième. Ce ne sont pas les participants au dialogue du centre interdiocésain ! Si c’était vraiment eux les décideurs, ils auraient pu obtenir le retour de Moïse Katumbi ! Car 80% de ceux de l’opposition qui siégeaient étaient financés par lui, le Rassop, le G7, l’AR aussi. S’ils n’ont pas pu obtenir le retour de leur boss, c’est qu’ils n’avaient aucun pouvoir ! Le seul qui a fait revenir Roger Lumbala c’est Joseph Kabila, que ces gens arrêtent de raconter des niaiseries car je vais les achever tous ! »

Le glissement de 2017 c’est la responsabilité des opposants au dialogue

Parlant du fait qu’il n’y aura pas d’élection cette année et que Kabila va rester président, Roger Lumbala déclare : « Ce n’est pas Roger Lumbala qui a signé l’accord du 31 décembre ! Il y a des gens qui l’ont fait et ils sont complices de ce qui se passe aujourd’hui. Le fait d’avoir empêché que le peuple agisse le 19 décembre 2016  [en acceptant le dialogue quelques jours plus tôt, ndlr], d’avoir anéanti l’action préparée depuis plusieurs mois par le peuple pour chasser Joseph Kabila a la fin de son dernier mandat.  Ils sont responsables. Mais aussi le fait qu’ils aient accepté que Kabila reste le seul au pouvoir et que le gouvernement soit changé, c’était de l’immaturité politique ! Il fallait qu’il glisse avec tout son gouvernement ! Nous devrions réfléchir autrement pour avoir l’alternance au pays. »

Roger Lumbala pense que désormais il est difficile de vraiment établir les responsabilités. Selon lui l’expérience du dialogue de Sun City aurait dû servir d’exemple.

Pour suivre l’intégralité de l’interview cliquez ici

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. rdc il est de comprendre que tu es une terre de promesse, et ton pouvoir ne dépend pas des personnes mais plutôt de Dieu.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.