article comment count is: 0

Un service militaire obligatoire pour discipliner beaucoup de Congolais ?

A défaut du fouet utilisé par feu le président Mzee Kabila pour discipliner les Congolais têtus, je m’interroge chaque jour sur d’autres moyens utiles pour faire changer de mentalité à mes compatriotes. Il faut en effet redonner une forme de discipline citoyenne et faire de nous tous, des Congolais plus forts encore. Alors, envoyer tout le monde à l’armée ?

Le non-respect des normes n’a que trop duré. Les scandales à répétition dans divers secteurs n’arrêtent pas de nous indigner. Et le manque de modèles positifs à montrer aux plus jeunes, est sans doute criant. Même si cet argument peut être tempéré avec l’émergence de certains leaders comme Mamadou Ndala et Denis Mukwege, pour ne citer que ceux-ci.

L’une des voies de sortie de la crise que je décris serait peut-être de passer par un service militaire obligatoire. Certes, vous me direz que même l’armée est indisciplinée. Je n’en doute pas, quand on sait que certains hauts gradés, au nom de l’armée, ont trempé dans des scandales plus graves.

Passage obligé, le service national

Mais je crois que le service militaire obligatoire redressera une frange de notre système comportemental public déficitaire. Dans un système de mal gouvernance, de détournement des deniers publics et d’anarchie, l’armée peut nous aider. Notamment, aider à développer une forme de discipline payante qui nous relèvera progressivement.

Quand dans d’autres pays on oblige un service national à une tranche donnée de la population, je propose qu’au Congo tous nous suivions cette formation. Autorités politiques, députés, sénateurs, ministres, acteurs de la société civile, étudiants : tous doivent être rééduqués.

Certains pays plus stables font du service national une obligation comme le Maroc. Et c’est l’armée qui l’assure.

Les avantages du service militaire

Les points communs à tous les pays ainsi engagés dans une telle éducation, démontrent donc que l’armée est un recours important pour cultiver un esprit de patriotisme. C’est notamment lorsqu’il faut ancrer dans la population une forme de nationalisme pour mettre fin aux tares qui se développent dans le pays. Exemple : la course à l’enrichissement personnel.

Il y a, en effet, un gain pour chacun, quand on s’engage à aimer, à servir et à protéger son pays. Y compris au prix de la mort. Malheureusement, au Congo, on ne pense à l’armée que lors des guerres. Or, lorsqu’on assure la sécurité aux frontières, face à une épidémie, on protège son pays. Car si par sa négligence un compatriote contracte une maladie venue d’ailleurs, on en devient coupable.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion