article comment count is: 1

Les services de sécurité font la chasse à la Lucha

Avant, nous étions habitués à les voir au Nord-Kivu, mais maintenant, ils sont présents partout au Congo, surtout à Kinshasa. Sans peur, ni crainte, ces jeunes « prétentieux », comme les qualifie Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement, organisent, en pleine ville de Kinshasa, des manifestations citoyennes pour protester contre le maintien du président Kabila au pouvoir à la fin de son mandat. 

D’une activité à une autre 

Tout a débuté le 8 octobre. Ces jeunes organisent un Salongo (travaux d’assainissement communautaire) au rond-point Victoire à Kinshasa. Subitement, ils sont chassés à coups de gaz lacrymogène par la police. Quand bien-même, l’activité n’était pas à couleur politique.

Ce vendredi 21 octobre, une autre quinzaine de militants du mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) sont, une fois de plus, arrêtés à Kinshasa alors qu’ils prenaient part à un sit-in devant le siège de l’Organisation de l’Union africaine pour protester contre l’accord politique signé le 18 octobre dernier.

L’histoire du sit-in 

Arrivé sur le lieu du sit-in, précisément devant le bureau d’Edem Kodjo, le facilitateur du dialogue, je remarque un bon nombre de policiers. Je demande à un élément de la police qui est isolé de ses camarades s’ils ont arrêté les militants de Lucha. Me dévisageant, ce dernier me répond : « c’est peut-être vrai. Mais va te renseigner à l’inspection provinciale de la police ou à l’agence nationale de renseignement, pas chez moi ». 

Je pose alors ma question à trois autres policiers assis à côté de leur jeep. Ils me répondent par une question (quand un congolais répond à une question par une autre question, c’est mauvais signe): « tu veux qu’on t’arrête toi aussi? », me demande un policier au lieu de me répondre. Je décide alors de poursuivre ma route car je comprends que les policier continueront de m’intimider et ne me laisseront pas faire mon travail. 

Comme si cela ne suffisait pas, ce 24 octobre 2016, six autres membres de la Lucha ont été arrêtés. La chasse à la Lucha continue. Jusqu’où cela ira-t-il ? L’avenir nous en dira plus. Quoiqu’il en soit, chers policiers, vous-êtes là pour nous protéger et non pour nous intimider.

 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.