article comment count is: 0

Mon sexe n’est pas un instrument pour avoir un emploi

Le sexe de la femme ne devrait pas être une condition pour obtenir un emploi, un numéro matricule, un poste, une promotion, un présent ou toute autre chose. J’invite les femmes à faire preuve de dignité.

Je suis navrée d’entendre souvent qu’il y a des femmes qui ont accédé à telle ou telle fonction, tel ou tel avantage, non parce qu’elles sont compétentes, mais parce qu’elles ont couché avec le chef, le décideur, le big boss, etc. Il n’est plus rare d’entendre que dans telle ou telle entreprise, si tu es une femme et que tu demandes un emploi, parmi les conditions, en dehors de ton CV, il faut donner ton sexe. Et c’est un secret de polichinelle que le chef est déjà passé sexuellement sur presque toutes ses employées. Même des balayeuses !

Coucher avec le chef ou perdre son boulot

Il y a quelques jours dans une ville congolaise dont je tais le nom, une amie m’a témoigné à quel point le directeur de l’entreprise où elle travaille harcèle et couche avec les employées même mariées. Le comble c’est qu’elles sont obligées de garder le silence pour protéger leur emploi. Vous les hommes qui faites ça parce que vous êtes chefs, honte à vous ! Heureusement, cet impudique de directeur a finalement été arrêté, photos et vidéo à l’appui comme preuves.

Et vous les femmes qui travaillez, sachez que vous ne devriez pas vous comporter comme ça en milieu professionnel. C’est dégradant pour l’image de la femme congolaise. Moi-même je suis une femme, et je sais que c’est possible de résister, quel que soit ce que notre refus peut nous coûter. C’est une question de dignité.

Administrer une leçon de morale à l’employeur

Le sexe de la femme mérite un peu de discipline et de dignité. Il n’est pas à vendre. Nous devons dire en face à nos employeurs que nous avons été engagées dans leurs entreprises pour faire travailler la tête, les mains… et non le sexe !

Beaucoup d’histoires souvent vraies se racontent dans les couloirs des bureaux quand une femme est promue, engagée, nommée, etc. Récemment au service, j’ai surpris une conversation entre collègues. Et quand je me suis approchée, la seule phrase qu’on m’a lancée, d’un regard méfiant, était : « Vous les femmes ! » Une interpellation ou une façon de m’aborder pour me dire la suite ? Et quelques minutes après, on pouvait entendre des amis scander des slogans hostiles à notre chef, l’accusant d’avoir abusé sexuellement de notre collègue Fanny (nom d’emprunt) pourtant mariée.

Le « tout puissant » chef avait réussi à détourner Fanny de son mari en lui envoyant régulièrement « des photos pornos », des SMS dont on ne peut dire le contenu ici. Des obscénités ! Et Fanny a fini par céder.

Les amies femmes, ne faites plus ça je vous prie. Quand nous partons au service, ce n’est pas pour travailler avec le sexe, mais avec  notre tête et nos bras.

 

Partagez-nous votre opinion