article comment count is: 5

Sharufa Amisi, la femme qui fait des prothèses mammaires

Plein de questions nous taraudaient après avoir lu sur le compte Twitter de Sharufa Amisi qu’elle fabrique des prothèses mammaires à base de fil à tricoter. Comment les fait-elle ? Pourquoi le fil à tricoter ? Comment utilise-t-on ces prothèses ? Nous sommes allées à la rencontre de cette femme qui se distingue. Son organisation est dénommée fondation Bomoko (unité).

L’entrée de la fondation Bomoko créée en juin 2017. 74 personnes travaillent à la fondation dont 70 bénévoles.

Habillée en pantalon jean bleu et blouson jaune clair, sandales aux pieds, sans maquillage mais avec des  tresses communément appelées « linzaka » qui lui tombent sur l’épaule droite, c’est plutôt une jeune demoiselle simple, souriante, chaleureuse et ambitieuse que nous rencontrons.

Sharufa Amisi montre une photo de prothèse à nos bloggeuses

D’où vous est venue l’idée ?

Tout est parti du souci de vouloir aider les femmes qui ont eu à subir la mammectomie (ablation du sein). Car juste après l’intervention chirurgicale, elles perdent leurs boulots, certaines leurs mariages et deviennent vulnérables. Bref, elles perdent confiance en elles-mêmes. Cette prothèse les aide à reprendre confiance. Elle se présente comme une boule ayant au-dessus une autre petite boule représentant le téton. Elle donne un effet naturel à toutes celles qui s’en servent. La prothèse est faite en plusieurs tailles A, B, C, D et pour celles qui vont au-delà de la taille moyenne, nous en fabriquons sur mesure.

Présentation de deux prothèses mammaires. 170 prothèses ont déjà été fabriquées

Comment les fabriquez-vous ?

Cette prothèse n’est faite que de fil à tricoter et de coton. Elle est faite manuellement par des femmes qui ont été formées pour faire ce travail. Les matériels utilisés sont 100% naturels et ne présentent aucun élément cancérigène. Elles sont fabriquées ici en RDC au siège de notre fondation. L’usage du fil à tricoter est simplement pour une raison d’hygiène, d’esthétique et aussi pour éviter toute sorte d’allergie cutanée voire même le cancer.

Comment utilise-t-on cette prothèse ?

La prothèse doit être exclusivement utilisée par des femmes qui ont subi la mammectomie. Elle est à poser sur la surface plate du sein amputé, dans son soutien-gorge  pour créer de l’harmonie avec le sein restant. Elle peut être changée dans un délai d’une année.

Comment se procurer la prothèse ?  

Lors de nos campagnes sur la prévention contre le cancer du sein, du col de l’utérus et aussi de la prostate, la fondation Bomoko va dans des hôpitaux et centres de santé pour enregistrer les femmes intéressées. Certaines de ces femmes viennent elles-mêmes au siège de la fondation pour se faire enregistrer. Nous donnons gratuitement les prothèses aux femmes.

Ces prothèses présentent-elles des risques ?

A regarder de loin, on pourrait s’imaginer de gros risques en utilisant ces prothèses… Pourtant elles sont 100% clean. Cette prothèse ne présente pas de risque car constituée de coton et de fil à tricoter qui sont des substances non nocives et non cancérigènes. Cependant, l’utilisation d’un coton de mauvaise qualité pourrait entrainer des conséquences épidermiques. Voilà pourquoi je veille à la qualité de tout matériel utilisé pour la fabrication.

Présentation d’un tas de prothèses de plusieurs couleurs. 20 prothèses ont été distribuées gratuitement

La perte d’un sein chez une femme engendre un sentiment de manque de confiance en soi qui ne peut pas se dissiper facilement. Ces prothèses mammaires de Sharufa constituent une innovation congolaise à encourager car elles redonnent le sourire aux femmes qui n’ont plus de seins. Comme elle le dit elle-même : « Habillez-vous avec plaisir et sentez-vous libre et sans complexe. »

 


A relire : Mélanie Ntumba, la première femme cordonnière à Mbujimayi

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. J’aime bien ça dernière phrase :Habillez-vous avec plaisir et sentez-vous libre et sans complexe. » redonner le sourire aux personnes démunis ou à mobilitées réduite n’est pas donné à tous le monde god bless you madame. Grande est ma joie de découvrir que jusqu’à nos jours depuis la croûte terrestre jusqu’à la dernière voûte du ciel, existe encore des personne ayant de l’empathie… Peace and love.

  2. Cette femme est à encourager pour allé encore plus loin. un homme pendant son existence sur terre à dit : à celui qui n’a pas on ôtera même le peux qu’il a pour donner à cette personne qui dit voici ce que j’ai…

  3. Après avoir lu l’article je suis éberlué de ce qu’elle fait des prothèses 100% clean elle mérite d’être soutenue par tous…

  4. Nous venons de lire l’article je suis éberlué nous pensons que c’est une réparatrice des femmes surtout qu’il y a quelques années il y avait des prothèses qui explosé aux Usa et Europe du faite des leurs mauvaise qualité, Sharufa Amisi apporte la solution en créant des prothèses 100% clean son travail mérite une très large diffusion.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.