article comment count is: 0

Agents de la migration, des voleurs en uniforme à Goma

La litote, c’est cette figure de style qui consiste à dire le contraire de ce que l’on pense. Je pense que les agents de la Direction générale des migrations à la Petite barrière de Goma observent cette figure. « Courtoisie, fermeté et honnêteté » est leur devise, pourtant ils sont encore plus discourtois et plus malhonnêtes !

Entre Goma en RDC et Gisenyi au Rwanda, il existe deux postes-frontières : la Grande barrière et la Petite barrière. Pourtant, tous pareils vêtus, les agents de la Petite barrière sont connus pour leur roublardise, alors que ceux de la Grande barrière ont meilleure réputation. C’est une honte que ces agents causent à toute la nation. Pourtant, la frontière entre la RDC et le Rwanda est la deuxième avec le plus grand nombre de passants au monde !

Maîtres dans l’art d’extorquer de l’argent

Se servant de la malhonnêteté comme arme, certains agents à la Petite barrière sont prêts à tout pour se créer une occasion d’extorquer de l’argent aux paisibles citoyens. Ils inventent des infractions ou simplement créent des scénarios et font tout pour pousser le passant à la faute et ainsi lui soutirer quelques billets.

J’en avais déjà entendu parler et j’en ignorais l’ampleur jusqu’au jour où j’en fus victime. Je vous raconte : quand on veut passer au Rwanda pour un seul jour, on reçoit un petit jeton, sorte de laisser-passer d’une validité de 24 h. Il existe un type de jeton à la Petite barrière et un autre à la grande. Alors que je revenais un jour du Rwanda par la Petite barrière, un policier m’arrête  et me demande d’exhiber mon jeton. Pendant que j’essaie de le faire, un autre jeton tombe de mon sac. Celui-là m’avait été livré à la Grande barrière depuis 5 jours. Le policier le ramasse et en fait tout un problème. Pour lui je suis en infraction, parce que je possède ce jeton. J’ai beau lui expliquer qu’il datait de 5 jours et que j’avais celui de la Petite barrière, mais il ne me croyait pas. Heureusement, j’ai retrouvé mon jeton du jour, celui de la Petite barrière. Je le lui montre, mais il reste droit dans ses bottes. Il a même confisqué ma carte d’électeur. Il exigeait 5 dollars américains avant de me la rendre. Et juste à côté de moi, un jeune homme était également détenu, une amande de 5 dollars lui était aussi infligée pour avoir osé répondre au téléphone.

Prélever des échantillons !

« Je venais du Rwanda, il y a une semaine, je suis tombée sur un agent de la DGM qui a introduit la main dans mon sac et a retiré trois de mes saucisses, prétendant que ça servirait d’échantillon », me confiait une fille plus tard. J’étais abasourdie ! Les gars ponctionnent ainsi les articles que des Gomatraciens achètent au Rwanda en disant prendre un échantillon. Echantillon pour quoi ? Dans quel but ? J’ai parcouru une brochure qui décrit le travail de la DGM et prélever des échantillons n’y figure pas ! C’est de la raquette pure et simple.

Cette situation m’a poussée à me poser des tas de questions : quelle image de notre pays la Direction générale des migrations vend-elle aux étrangers ? Je pense qu’il faut faire quelque chose, un recyclage des agents de nos postes-frontières. Il faudrait aussi les permuter régulièrement.

Miki Anna Sikabwe

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

  1. Ces agents font la honte de nôtre ils ne sont pas seulement de la DGM,a SAKANIA dans la province du haut Katanga à la frontière de lukangaba vers la Zambie certains congolais sont victimes de tracasseries
    Sakania est beaucoup plus ravitailler par la Zambie suite à l’ état de délabrement de la route mais lorsque vous quittez la Zambie avec peu de provision vous arrivez à la frontière Zambie vous ne serez jamais inquiétez lorsque votre marchandise n’a pas la valeur d’être déclaré mais une fois arrivée chez à notre frontière le cauchemar commence il y’a ANR, POLICE DE FRONTIÈRE, QUARANTAINE… ET autre

  2. Vraiment c’est triste pour la DGM de notre pays. Moi personnellement j’ai quitté Kinshasa pour Tshikapa, arrivé au barrière de Katshiongo donc la dernière barrière pour entrer au centre ville de Tshikapa. La DGM nous a enregistré, et après elle exigeait une somme de 1.000fc avant de reprendre sa carte, les autres passagers ont donnés. moi et quelques 10 passagers avions refusé, nous leurs avons démandé à quoi servait cet argent pendant que la DGM n’est pas un service d’impôt…après une longue discussion ils nous ont remis nos cartes et le chauffeur avait déjà demarrer le vehicule et parti… nous avons fait les pieds pour atteindre la ville…donc la DGM a des mauvaises pratiques, si tu es faibles en espri, ces agents peuvent te créer une infraction afin de t’extorquer l’argent…