article comment count is: 1

« Les amis de… », une amitié à obsolescence programmée

En RDC, des associations de soutien aux politiciens et célébrités naissent et meurent.  « Les amis de… », ainsi s’appellent-elles le plus souvent. « Amis de Joseph Kabila », « …d’Adolphe Muzito », «… de Matata Ponyo », ou «… de Trésor Lualua »… Des personnes occupant des positions sociales très remarquées et surtout capables de fournir l’assistance financière à leurs sympathisants. Mais on sait que tout cela s’arrête sitôt le mandat terminé.

Quand on est ministre, député, gouverneur, on peut s’attendre à avoir beaucoup d’amis. En peu de temps, des individus se regroupent et lancent une association en votre nom. Parfois, l’initiative vient de célébrités ou des riches personnalités elles-mêmes en quête de publicité. Il faut montrer qu’on a « une base » politique, et « des fans »…

Durant le mandat de l’ancien gouverneur du Haut-Katanga Jean-Claude Kazembe, on a vu proliférer des associations dénommées « les amis de Kazembe ». Mais elles sont devenues muettes après la destitution du gouverneur. « Les amis de » Muzito, l’ancien Premier ministre, ou de son successeur Matata Ponyo ont disparu également. De quoi se demander si ces associations ont réellement une vision à long terme. N’est-ce pas un simple opportunisme ?

A Lubumbashi, au bord d’une route très fréquentée notamment par l’actuel gouverneur, Célestin Pande, il y a déjà au moins une association qui se réclame de lui : « Les amis de son Excellence Pande Kapopo, secteur Mutshanga. Que Dieu vous bénisse papa ! » Pas de doute que ce message affiché sur un calicot ne vise qu’à attirer l’attention du concerné.

Obsolescence programmée des fans clubs

Je pense que cette flatterie n’est pas à encourager. Car cela dessert parfois plus le concerné que ces animateurs. Surtout, elle permet de donner une fausse impression que des gens sont populaires, alors qu’en réalité ils ne le sont pas. Ce qui conduit parfois à des conséquences bien dramatiques. Comme, par exemple, des dirigeants populistes qui viennent au pouvoir et qui ne sont pas réellement soucieux de résoudre les vrais problèmes des communautés.

Bien plus, ces dirigeants dépensent inutilement d’énormes ressources pour officialiser ces organisations. Pourtant, ces moyens pourraient servir à financer des projets communautaires à impact réel. Ces jeunes flatteurs, ou payés ainsi pour flatter ou pour donner l’impression que des personnalités sont populaires, vous abandonnent une fois que vous perdez le pouvoir. Voilà pourquoi ces associations « Les amis de… » n’ont pas une longue durée de vie.

 


Vous pouvez relire sur Habari RDC : 5 faits qui démontrent que les élections du 23 décembre sont mal parties

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.