article comment count is: 0

#BalayeLesMédiocres, le nouvel appel de la Lucha pour l’alternance en RDC

Le mouvement pro-démocratie Lutte pour le changement (Lucha) est loin de renoncer à son combat, celui de l’avènement d’un État de droit en RDC. Alors que la campagne électorale entre dans sa deuxième semaine, il appelle les Congolais à « balayer les médiocres », avec son hashtag sur les réseaux sociaux.

« C’est maintenant ou jamais. Nous appelons le peuple congolais à se réveiller. Nous voulons le changement au sommet de l’État, avec des institutions fortes », lance le mouvement citoyen mobilisé pour l’alternance depuis 2015.

Mouvement de prise de conscience qui rassemble des jeunes mobilisés pour changer la RDC et son destin, la Lucha prône l’alternance. Jusqu’en 2018, il a appelé au départ du président Kabila qui a épuisé son deuxième et dernier mandat en 2016. Mais il ne se limite pas là, étant donné que le chef de l’Etat n’est plus dans la course. La Lucha regarde aussi les parlementaires qui vont être renouvelés.

Les caractéristiques d’un bon candidat

Pour Bienvenue Matumo, activiste de la Lucha interrogé par Habari RDC, l’heure a sonné  pour que le peuple congolais sanctionne négativement les « médiocres ». Allusion faite ici aux parlementaires jugés peu productifs ou complices des reproches formulés contre les institutions : notamment les violations des droits de l’homme, ou la mauvaise gouvernance.

Voici quelques caractéristiques d’un bon candidat selon la Lucha :

– Ne pas avoir participé au « bilan médiocre et à la gouvernance de prédation de Kabila » ;

– Ne pas avoir été responsable de la corruption, détournement de deniers publics, pillage  de ressources naturelles de la RDC, manipulation tribale, etc.

– Ne pas avoir été impliqué dans les massacres de Beni, du Kasaï…, dans la répression des manifestions, les violations de droits humains, l’instabilité sécuritaire, les arrestations arbitraires…                                                       

La liste des caractéristiques n’est pas exhaustive.

Mais la Lucha n’aligne pas de candidats aux élections du 23 décembre. « Nous n’allons pas donner de consignes particulières pour les candidats X ou Y. Nous expliquons au peuple le profil et les caractéristiques d’un bon candidat », explique Bienvenue Matumo.

Lutte sans merci pour un État de droit

Alors que Kabila que l’on pensait accroché au pouvoir s’apprête à se retirer, le mouvement citoyen entend aussi poursuivre sa lutte pour la justice sociale et la dignité humaine. Il n’abandonne donc pas, comme le réaffirme Bienvenue Matumo : « Nous allons nous battre pour que les richesses de la RDC soient restituées aux Congolais. La Lutte sera cruciale, car l’homme congolais doit connaître une transformation mentale afin d’être dans une société d’éthique et de valeurs. Beaucoup de campagnes sont menées pour y arriver. »

Rappelons que Bienvenue Matumo avait été emprisonné en 2017 à Kinshasa, en raison de son activisme au sein de la Lucha. Pour lui, le sort de la RDC demain sera celui que le peuple congolais aura décidé par son choix aux élections du 23 décembre 2018. Appeler à « balayer les médiocres » pour la Lucha revient ainsi à agir de façon que sa lutte trouve son sens, et puisse se poursuivre, non pas sur des préoccupations d’hier, mais les enjeux de demain.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.