article comment count is: 0

Belgique-République démocratique du Congo : l’amour vache

On dit qu’on reconnaît les amoureux à leur propension à se chamailler. Si c’est le cas, le Royaume belge et la République démocratique du Congo sont très mordus l’un de l’autre…

Le « body language » ne mentirait pas. Pour évaluer le taux de sincérité des sourires diplomatiques, il suffirait d’observer le nombre de marches descendues par un hôte ou la position des mains gauches au moment d’une poignée de main. Avant que le « fils de » Congolais Félix Tshisekedi ne rencontre les « fils de Belges » –le roi Philippe et le Premier ministre Charles Michel–, le président de RDC a été accueilli, pour sa visite de trois jours à Bruxelles, par Didier Reynders.

Sur le cliché, le vice-Premier ministre belge des Affaires étrangères et de la Défense déposait une main amicale sur l’épaule droite de Fatshi, tandis que le visiteur couvrait la poignée de main d’une paume bienveillante.

RDC-Belgique : je t’aime, moi non plus

Depuis ce lundi 16 septembre se déroule donc un remake de « Tintin au Congo » rebaptisé « Le Congo au pays de Tintin ». Et la Belgique d’apprécier que Félix Tshisekedi réserve au royaume sa première visite officielle sur le sol européen. Et la RDC d’affirmer que cette « visite hautement symbolique » est « une page qui se tourne » dans les relations entre l’ancienne métropole et l’ancienne colonie. Pourtant, chat échaudé par les bisbilles diplomatiques passées craint l’eau froide de possibles nouvelles tensions.

La Belgique et la RDC ne sont jamais les derniers à pratiquer le jeu du « je t’aime, moi non plus »… Récemment, on se rappelle le bras de fer diplomatique autour de la fermeture, par Kinshasa, de la Maison Schengen et de l’agence de coopération belge Enabel, la demande d’excuses pour le passé colonial de la Belgique en Afrique ou les sempiternelles accusations congolaises d’ingérence de Bruxelles dans le processus électoral interminable de la RDC, notamment via la réaffectation d’une partie de l’aide bilatérale à des projets humanitaires, suite à des répressions jugées trop musclées.

Un nouveau départ dans les relations belgo-congolaises ?

La détente annoncée serait rendue possible par l’apparition, sur la scène politique, du visage poupin du nouveau président congolais officiellement issu d’une opposition quasi-ancestrale.

Bien sûr, la diplomatie belge n’avait pris acte de la proclamation des résultats de la présidentielle que du bout des lèvres et l’annonce d’une alternance ne s’est révélée qu’un éloignement très relatif du pouvoir dégagé. Même ravie par le fait que la délégation du président congolais en Belgique comporte moins de kabilistes que le gouvernement, la Belgique entend tempérer son sourire poli d’une prudence explicite.

Pendant le séjour de Félix Tshisekedi à Bruxelles, les signatures solennelles ne devraient concerner que de simples protocoles d’accord et lettres d’intention, sur les questions de dialogue consulaires, de coopération financière ou de défense. En écho des « soyez le bienvenu au pays de la bande dessinée et du chocolat » s’entendent des « nous vous avons à l’œil » et « nous ne sommes pas dupes »…

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)