article comment count is: 2

#Bourseuniversitaire à Mbujimayi, ça n’existe plus depuis des décennies

Depuis bien des années, le gouvernement congolais n’accorde plus de bourses d’études à Mbujimayi. De nombreux étudiants finissent leurs études et ne savent même pas à quoi ressemble une bourse. Obtenir une bourse de l’État relève de l’utopie. Même les bourses venant des privés n’arrivent plus.

« Si ma mémoire est bonne, c’est au cours de l’année académique 2008-2009 que le gouvernement congolais a octroyé pour la dernière fois des bourses aux étudiants à Mbujimayi », se rappelle Emery Mpunga, un ancien étudiant de l’Institut supérieur pédagogique de Mbujimayi. Selon lui, ces bourses du gouvernement étaient sélectives car elles n’étaient destinées qu’aux étudiants finalistes des cycles de graduat et de licence des universités et instituts supérieurs publics. Depuis lors, le pouvoir central a fermé les vannes.

Felly Kabeya, licencié en sciences politiques et administratives de l’Université officielle de Mbujimayi se souvient avoir reçu sa bourse en 2009 : « A l’époque on a eu des bourses et nous avions salué cette initiative gouvernementale qui visait à soutenir les étudiants à finaliser leurs travaux de recherche. Malheureusement, cela a été suspendu jusqu’à ce jour. » C’est devenu un lointain souvenir. Et même ce qu’on appelait bourse à l’époque n’était qu’une petite aide financière de 90 dollars américains ! En plus, cela n’a fonctionné que pour deux années académiques. Le reste des années, l’étudiant devait se débrouiller.

Des universités coupées du monde

Le désengagement de l’État en ce qui concerne les bourses d’études a déçu les espoirs de milliers d’étudiants à  Mbujimayi. Madeleine Muadi a fini l’année dernière son bac+5 en sciences de l’information et de la communication avec mention « grande distinction » à l’Université officielle de Mbujimayi. Elle aurait dû avoir droit à une bourse, mais il n’y a personne pour la lui donner ! « C’est vraiment dommage. Le gouvernement devrait pourtant soutenir la jeunesse en octroyant des bourses. Il y va de l’intérêt et de l’honneur du pays », déplore-t-elle. Et d’ajouter : « J’ai rappelé cette difficulté dans mon discours au nom des lauréats devant le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire lors de la clôture de l’année universitaire 2016-2017 à Mbujimayi. »

Si ailleurs les étudiants ont accès à des bourses octroyées par des organisations privées, tel n’est pas souvent le cas à Mbujimayi. La dizaine d’universités et d’instituts supérieurs implantés dans la ville n’ont pour la plupart pas de connexion à travers le monde.

Un professeur responsable d’un établissement d’enseignement supérieur nouvellement créé à Mbujimayi et qui a requis l’anonymat reconnaît ce handicap. Il dit : « Pour le bien de nos étudiants et de notre personnel académique et scientifique, nous devons aller au contact d’autres établissements. Il va falloir développer des partenariats avec des organisations internationales pour essayer  d’obtenir des bourses d’études aussi bien pour nos étudiants que pour nos enseignants. »

Très peu de doctorants faute de moyens

Célestin Yampulu
de la faculté des sciences sociales à l’Université Officielle de Mbujimayi déplore le fait que les programmes de bourse ne concerne pas souvent les plus âgés. C’est le cas lorsqu’il s’agit de faire le doctorat. Célestin Yampulu s’en plaint :
« Les chercheurs qui obtiennent des bourses sont ceux qui sont dans les tranches d’âge exigées par des donateurs. Mais pour nous qui avons la soixantaine révolue, cela ne nous concerne pas. Nous nous  débrouillons avec les moyens du bord pour faire des études doctorales.  Certains y parviennent parfois au prix des sacrifices incroyables. »

Le gouvernement crée lui-même des universités non viables 

Accorder des bourses aux étudiants ne se fera pas du jour au lendemain avec un gouvernement comme celui que nous avons en RDC. Toutes ses promesses non tenues en disent long. Au lieu de créer des conditions favorables au retour du système des bourses dans les universités et instituts supérieurs, le ministre de tutelle a plutôt choisi d’ajouter de nouvelles charges à l’État. Rien que l’année dernière, Steve Mbikayi a créé quatre nouveaux établissements supérieurs officiels dans la ville de Mbujimayi. Le budget alloué à l’enseignement supérieur et universitaire a t-il été revu à la hausse pour prendre en charge ces nouvelles universités ?
Pas du tout évidemment ! Voilà encore des centaines de jeunes qui non seulement vont étudier dans des conditions difficiles, mais aussi seront privés de bourses.

 


Vous pouvez lire aussi :

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Bonjour je suis Patrick TSHIAYIMA de Mbujimayi je voudrais bien que vous puissiez relancer ce programme à Mbujimayi svp car je suis l’un de ses personnes qui cherche sans relâche une bourse d’études pour un Master !!!

  2. Un véritable défi pour la Jeunesse. Grâce à Internet du moins, il ya possibilité de se mettre à jour et sairir des nouvelles opportunités…

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.