article comment count is: 2

La Céni a-t-elle réellement les moyens d’organiser les élections ?

Disons-nous la vérité, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) n’a pas de moyens suffisants pour organiser les élections du 23 décembre. Elle refuse de le dire, mais ce n’est que la politique de l’autruche. Les difficultés financières de la Céni sont connues de tous, ses caisses sont tellement vides qu’un report des élections est possible d’ici décembre.

Par un sursaut d’orgueil mal placé, le gouvernement congolais a pris l’option de financer lui-même les élections du 23 décembre 2018, en rejetant toute aide étrangère. Avec ça, le régime de Kinshasa entend démontrer qu’il peut se passer de la communauté internationale, arguant que les élections sont un acte de souveraineté nationale.

Toute la question est de savoir si Kabila a les moyens matériels et financiers suffisants pour prendre en charge l’organisation de trois élections couplées. Or, à l’heure qu’il est, la Céni n’a toujours pas reçu les fonds nécessaires pour les scrutins du 23 décembre. En effet, sur 432 millions de dollars américains prévus, le gouvernement n’a versé jusqu’à présent que 52 millions à la Céni. 

Vu le temps qu’il reste, il y a lieu de se demander comment Kinshasa pourra verser l’ensemble du montant. D’où lui viendront ces fonds, quand on sait la modicité du budget national ? Refuser les financements extérieurs, lorsqu’on n’a pas de moyens, paraît tout simplement ridicule. C’est même compromettre la tenue de ces élections tant attendues par la population.

Même les machines à voter se font encore attendre

La Céni doit en outre réceptionner au total 105 149 machines à voter pour l’ensemble du pays en vue des élections de décembre. Aujourd’hui, le compte-à-rebours est enclenché, et nous sommes déjà en juillet. Environ 1200 machines seulement sont présentes en RDC. Elles sont actuellement utilisées dans la sensibilisation des électeurs pour expérimentation. Il y a eu d’abord 200 machines à voter reçues au mois de février dernier et 1000 autres au mois de juin 2018 ramenées de Séoul par le vice-président de la Céni, Norbert Basengezi.

À propos de la sensibilisation de la population à l’usage de ces machines, l’opération s’est limitée dans la plupart des cas dans les centres urbains. Beaucoup de villages du Congo profond n’ont jamais vu passer cette machine à voter. Cela risque d’être le cas le jour des scrutins.

 


Vous pouvez lire aussi : La Ceni : une institution pas totalement indépendante

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. PETIT À PETIT L’OISEAU FAIT SON NID.LE GOUVERNEMENT CONGOLAIS N’EST PAS DU TOUT MOINS PUISSANT.IL VA TOUT REUSSIR.TOUTES LES RICHESSES(MINERAIS,MATIERES,…SOURCES,LACS,FLEUVES,..) NOUS APPARTIENNENT ET #sont bien gerees#.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.