Conférence de Genève : le crime moral du gouvernement congolais

Ce qui est arrivé dépasse tout entendement. Le gouvernement congolais est allé jusqu’au bout de sa folie de grandeur. Sans se gêner pour la souffrance de son peuple, il a purement et simplement boycotté la conférence de donateurs sur la crise humanitaire en RDC. Une crise qui frappe de plein fouet près de 13 millions de Congolais.

C’est à se demander si nos dirigeants ont un cœur de pierre ou de chair. Alors que des millions de compatriotes ont placé tout leur espoir dans cette conférence de Genève censée réunir 1,5 milliards de dollars d’aide humanitaire aux déplacés, Kinshasa s’est entêté  jusqu’au bout et a choisi de boycotter la rencontre, en dépit des efforts fournis par la communauté internationale. Un orgueil mal placé qui n’a pas sa raison d’être. Désormais le monde peut comprendre quel genre d’hommes dirigent la RDC. En réalité ce n’est pas la conférence de Genève qu’ils ont boycottée, c’est du peuple et des ses morts qu’ils se sont moqués.

Jamais un gouvernement n’a été aussi irresponsable. Nous avons suivi des ministres, assis dans leurs bureaux richement décorés, en train de banaliser les souffrances des populations en détresse. Par exemple, le ministre des Affaires étrangères She Okitundu a déclaré : « Les ONG qui recevront l’argent de la Belgique ne seront pas autorisées à  travailler en RDC. » Quelle arrogance ! Parler avec légèreté quand des vies humaines sont en péril, c’est plus que criminel. Les Congolais sont morts dans les Kasaï, au Tanganyika, en Ituri, dans les deux Kivu.

La RDC n’est pas la propriété d’un individu

Le gouvernement peut-il nous dire combien de millions de dollars d’aide humanitaire il a déjà envoyés dans toutes ces régions du Congo ? Pourquoi refuser l’assistance de la communauté internationale ? Ce comportement du gouvernement constitue ni plus ni moins qu’un crime moral.

La RDC n’est pas la propriété d’un individu fut-il le président de la République. C’est une nation dans le concert d’autres nations. La communauté internationale, qui a montré sa bonne volonté et sa générosité – malgré l’absence déplorable du gouvernement, a réussi à débloquer 528 millions de dollars d’assistance – en se réunissant à Genève. Elle doit poursuivre ses efforts pour faire comprendre au gouvernement congolais que la légèreté avec laquelle il agit vis-à-vis des difficultés connues par sa population pourrait avoir des conséquences néfastes pour l’avenir du pays.

La communauté internationale doit être par ailleurs particulièrement vigilante sur l’utilisation des fonds qui sont attribués à l’aide humanitaire. A Genève, plusieurs ONG ont protesté contre le fait qu’elles ne soient pas intégrées au Comité de suivi. Au vu de la désinvolture avec laquelle ce gouvernement semble considérer les affaires de son pays, les Etats donateurs doivent prendre leurs précautions et veiller à ce que l’argent promis soit bien affecté à l’assistance humanitaire.

Quoiqu’il en soit, et visiblement contrairement à nos gouvernants, dont la reconnaissance ne semble pas faire partie des principes qui les guident, nous remercions la communauté internationale pour son soutien, et n’accepterons pas que nos gouvernants puissent isoler notre pays du monde pour leurs intérêts égoïstes.

 


Vous pouvez lire aussi : La RDC se relèvera un jour : Congolais, gardons espoir !

 

 

Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 réflexions sur “ Conférence de Genève : le crime moral du gouvernement congolais ”

  1. A-t-on vraiment 13 millions de déplacés ? Je suis sceptique. Et le.gouvernement a pris une résolution de mettre à disposition 100 millions de dollars pour l’Aide Humanitaire interne.