Crédit photo : Pascal Mulegwa. Le député, lors d'une interview
article comment count is: 1

Un député témoigne : « J’ai vu un jeune se faire poignarder par la police »

#31décembre. Muhindo Butondo Nzangi est un député national élu de Goma. Le 31 décembre, il a été témoin d’une barbarie inouïe de la part des agents de l’ordre congolais. Lui et des milliers de chrétiens catholiques ont été gazés dans la paroisse Saint-Pierre, sur l’avenue Kasavubu, commune de Kinshasa. Habari RDC reprend son poignant témoignage où il explique qu’un jeune garçon d’une vingtaine d’années a même été poignardé par un agent de la police militaire.

Après quatre checkpoints et près de deux heures de route entre les communes de Barumbu et de Kinshasa, le député Muhindo Butondo Nzangi pénètre enfin dans la paroisse. Il y décrit l’atmosphère particulière de ce jour : « Il y a eu une homélie particulière, on parle du roi Hérode, les acclamations sont aussi particulières, un chant en Tshiluba nous fait jaser. Le moral est haut. Ceux qui arrivent après nous restent dehors mais dans l’enclos de l’église, ils applaudissent plus fort que nous. À la lecture du message du Comité laïc de coordination sur les modalités de la marche, les acclamations sont plus fortes. »

C’est après que le drame commence : « Sur avenue Kasavubu de part et d’autre déjà ça tire dehors, la police disperse ceux de dehors qui se sont placés en milliers pour accompagner ceux de dedans… Le curé s’avance et constate que l’église est encerclée par des policiers lourdement armés eux aussi ont peur de la foule très compacte dans l’enclos et sur avenue Kasavubu du côté de Kabinda et de Kabambare. Le curé hésite un peu mais les fidèles excités décident de sortir, nous sommes donc dans l’avenue, et la police recule sans rien faire jusqu’à l’arrivée des renforts, des visages des agents de la police militaires, PM, que nous n’arrivions pas à identifier clairement. Dès lors tout change, nous recevons des rafales des gaz lacrymogènes et tous tirent très fort, en moins de 5 minutes nous sommes tous repliés dans la clôture de l’église. »

De la margarine aux yeux, remède contre les lacrymos

Le député poursuit : « Nous appliquons la margarine sur les yeux, très pratique. Nous avons tenté de sortir à plusieurs reprises jusqu’à ce que la jeep du général Kasongo arrive, il ordonne alors le gazage de l’église, ce qui est fait immédiatement, trois bombes lacrymogènes sont larguées à l’intérieur de l’église, remplie des gens de tous les âges. Des femmes tombent en cascade suffocant. La fumée s’accumule dans l’église et nous oblige tous de quitter l’édifice. Puis brusquement des ‘’PM’’ au visage teinté décident de nous poursuivre à l’intérieur de l’église, nous sommes coincés à la porte d’entrée, tout le monde tente de sortir, c’est le sauve qui peut général. »

Et là, l’horreur, le député voit de ses yeux un policier militaire tuer un jeune homme : « L’un d’entre eux (PM) enfile le couteau pointu du bout de son arme AK47 et transperce un jeune homme d’une vingtaine dans le dos sur la partie des côtes, il a visé le cœur ! Le garçon succombe sur place, ces ‘’PM’’, le tirent de l’église ils tentent de le transporter, là nous tous révoltés, les suivons et ravissons le corps du camarade, il est déposé dans une structure médicale proche. »

Après avoir vécu ces horreurs, le député a pris des chemins détournés mais il était, tout au long de son parcours, témoin d’une résistance farouche entre manifestants et agents de l’ordre. Il finit son témoignage en ces mots : « Désormais la RDC fait face à un pouvoir qui a cessé d’être démocratique et qui est devenu tyrannique et militariste. Mais le peuple n’a pas encore dit son dernier mot. Meilleurs vœux à Tous. Honorable Muhindo Nzangi. »

 

Tout le témoignage du député ici.

 


A lire aussi sur Habari RDC :

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. à voir comment la marche a été gérée, il est impérieux de dire tout haut que le Congo, le nôtre , n’a jamais été un pays démocratique. À Beni, à l’Est du pays , les jeunes de la lucha ont été fouetté terriblement…pour ne citer que ce cas parmi tant d’autres enregistré dans ce pays mourroir

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.