article comment count is: 1

Non, Facebook n’est pas une cachette pour les extrémistes

Depuis l’accession de Félix Tshisekedi au pouvoir, beaucoup de gens sont devenus extrémistes. Il suffit de lire les commentaires sur les réseaux sociaux pour se rendre compte. Plusieurs personnes souhaitent que le nouveau président, comme par un coup de baguette magique, arrange en un jour tout ce qui a été tordu par 18 ans de règne de son prédécesseur.

Avant de continuer mon propos, je voudrais préciser ici que je ne suis pas pro Tshisekedi, et la politique n’est pas mon centre d’intérêt. Je suis bloggeuse et activiste à la quête du changement de mentalité des Congolais.

Vive l’alternance pacifique, bienvenue au paradis ?

Les gens attendent que les blessures profondes de plusieurs années de bataille du peuple congolais soient guéries par miracle pour enfin dire que Félix est réellement l’homme selon le cœur des Congolais. Ceux qui soutiennent Fayulu rejettent en bloc tous les efforts du nouveau président sans objectivité et l’accusent de tout. Voyons quelques publications  retrouvées sur les réseaux sociaux pour mieux comprendre ce dont je vous parle.

J’ai étudié le profil de l’auteur de cette publication. Dans son mur, que des éloges à Martin Fayulu et des médisances contre Tshisekedi. Soutenir son candidat ne pose aucun problème puisque c’est une question de conviction et c’est la démocratie. Mais critiquer péjorativement toutes les actions de l’autre sans objectivité, me semble absurde. L’extrémisme de ce monsieur lui a coûté un manque d’estime, à tel point que les internautes se sont chargés de lui faire la morale pour lui apprendre la modération. On peut lire in extenso ces quelques commentaires sur la publication.

[« 😂😂😂😂😂 j’aime te lire parce que tu délire de plus en plus comme fayulu, ton leader tu mesaneras t’en fait pas »

« Non mais finalement cela devient une fixation et une obsession, ça ! Vous cherchez des choses trop terre a terre pour justifier vos convictions »

« Encore une fois, FB est publique restons modérés, courtois et polies dans nos propos !
« Parlons politique et arrêtons de déverser la haine su FB »] .

A mon avis, la meilleure façon d’en finir avec l’extrémisme et le tribalisme sur les réseaux sociaux, c’est de décourager ceux qui véhiculent ces choses. Il est ridicule pour une personne lors d’un débat « face to face » de se mettre à lancer des injures et de dire des cruautés à ses interlocuteurs. Cependant, plusieurs « users » volent à l’aide d’ailes de haine sans retenue en se servant des réseaux sociaux.

Tout le monde a intérêt à ce que les « 100 jours » de Fatshi réussissent. Cependant, le succès des « 100 jours » du programme du président ne dépend pas des regards tribalistes, encore moins extrémistes, mais de l’apport objectif et citoyen de tous. Parfois, il faut arrêter de râler sur Facebook et mettre la main à la pâte.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Bel article avec un seul bémol, ce qui a été tordu en 18 ans ?
    Le mal de ce pays ne commence pas avec l’arrivée de Joseph Kabila (que je n’apprécie pas du tout) au pouvoir mais depuis bien longtemps…
    Il a fait sa part de bien même si la part du mal est plus grande, et il faudra encore remonter dans le temps pour un peu situer le mal du Congolais actuel qui est avant tout un mal moral je crois…

  2. Il faut arriver à davantage réguler les publications sur les réseaux sociaux tout en éduquant également la population sur des valeurs morales positives. Le mal est profond mais avec un bon travail de fond, on parviendra à refaire l’homme congolais…

  3. Joli article , moi je pense plutôt a mettre une politique de lutte contre le tribalisme . cela devient monnaie courante dans presque toute les provinces de la Rdc . la cause publique est mis a côté , plutôt le temps est révolu face a la haine . nous ne savons d’où viennent toute cette diabolisation alors moi je pense qu’il est temps de dire tout haut le propos mal tenu face au différents tribu .

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.