article comment count is: 0

Joseph Kabila peut-il vraiment soumettre l’Eglise ?

Depuis le 31 décembre 2017, le président Kabila semble avoir fait de l’Eglise, notamment l’Eglise catholique, son ennemi juré. Les attaques contre les paroisses ne sont plus à compter. Des chrétiens ont été tués devant leurs temples sous les yeux de leurs prêtres ou dans la rue le dimanche 21 janvier. C’était la même chose le 31 décembre. S’il vous plaît Monsieur le président Kabila, pouvez-vous revenir au bon sens ?


Un adage dit : « Si vous avez un problème avec les hommes, Dieu interviendra pour vous réconcilier. Mais si vous avez un problème avec Dieu lui-même, qui vous départagera ? » Or ce dimanche 21 janvier, la RDC a assisté à un combat irréfléchi dans les rues de Kinshasa et de plusieurs autres villes : kalachnikov et gaz lacrymogènes contre bibles, rosaires et crucifix ! Dites-moi à quoi ressemble un tel combat si ce n’est à Dieu contre Satan ? Le régime de Kabila n’a même plus peur de Dieu. Je doute fort que les kalachnikov puissent remporter un tel combat. Elles peuvent faire beaucoup de victimes et d’arrestations mais la victoire reviendra au peuple.  

Le régime de Kinshasa semble se tromper de cible. Il confond l’Eglise avec l’opposition politique qu’il a toujours manipulée et domptée. Combattre l’Eglise, c’est aussi affronter des forces invisibles. On peut acheter l’opposition, les partis politiques, les fonctionnaires de l’État, l’armée, la police… mais on n’achètera jamais l’Eglise. C’est parce que l’Eglise fait partie des Congolais. Les Congolais quelles que soient leurs opinions politiques, vont à l’Eglise chaque dimanche. Ils sont profondément chrétiens dans leur majorité. Il est vrai que dans l’Eglise, des individus peuvent être achetés ou instrumentalisés par les politiques, mais on ne peut le faire pour toute l’Eglise. 

Diviser l’Eglise pour mieux régner ?

Kabila est lui-même témoin de la capacité de mobilisation des masses par l’Eglise catholique. Saura-t-il déployer armée, police et mercenaires pour surveiller les cultes chaque dimanche ? Petit à petit, l’Eglise est en train de le pousser vers la porte de sortie, en lui faisant multiplier crimes, maladresses, péchés, etc. Aujourd’hui, le monde sait que le problème congolais c’est Kabila et la solution ne peut être autre chose que son départ.

Kinshasa qui a ouvert un front contre l’Eglise catholique depuis le 31 décembre, a curieusement tenté de se réfugier dans l’Eglise protestante. Le 16 janvier, lors de la célébration d’un culte en mémoire de Mzee Laurent-Désiré Kabila à la cathédrale protestante du Centenaire, le régime s’est rendu à l’évidence que même l’Eglise protestante n’est pas manipulable. Alors que les autorités étaient venues nombreuses pour entendre une homélie qui les caresse dans le sens du poil, elles se sont faites rabrouer vertement par le pasteur protestant Ekofo dont l’homélie était sans complaisance sur les dérives du régime. Cela devrait faire comprendre à Kabila qu’il n’y a pas une église de l’opposition et une autre de la majorité présidentielle. L’Eglise est une et indivisible.

 


Vous pouvez aussi relire :

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.